Menu interne – tête de page
Aller au contenu
Aller à la navigation
Aller au menu
Aller au pied de container

Opération Masques Blancs!

 

La mission d'information sur l'écotaxe poids lourd va rendre son rapport fin avril c'est pourquoi du samedi 26 avril au samedi 3 mai le Collectif Pays Basque (dont Bizi! fait partie) a initié une semaine d'action nationale pour la pollutaxe.

Il s'agit de poser un masque blanc anti-pollution à une statue de votre ville et d'y accrocher un panneau, une affiche ou une banderole disant "Pollueur = payeur ! Pollutaxe maintenant !" Pour plus d'information RDV sur leur site www.pollutaxe.og

pollutaxe

Avec le Réseau Action Climat nous avions réalisé une action de sensibilisation baptisée "Bas les Masques!" sur les réseaux sociaux afin de sensibiliser aux problèmes de particules fines rejetées par les moteurs diesel lors du Pic de Pollution du 14 mars 2014 permettant ainsi de rappeler que :

> La suspension de l'écotaxe fragilise le financement de 120 projets de mobilité durable dans le cadre de l'appel à projet Transports Collectifs en Sites Propres (TCSP).

> qu'il est nécessaire d'appliquer le principe de pollueur-payeur dans la mobilité : Rendre l'air plus respirable pour tous ça passe aussi par l'amorce d'un rattrapage de la fiscalité du diesel de +2 cts / an. En 2015, pour un ménage, c'est environ 3 euros par mois, soit quelques dizaines d'euros par an pour mettre fin progressivement à cette subvention à la pollution.

C'est pour cela que nous relayons cette opération qui propose à chacun de faire son action "Masques blancs pour la pollutaxe" dans le maximum de villes de France.

Pour en savoir plus:

L'action pour la Pollutaxe

Notre publication la mobilité dans la précarité quotidienne 

La contribution climat énergie la comprendre c'est l'adopter 

Télécharger notre communiqué de presse 

Pour nous suivre et poser vos questions sur ce thème n'hésitez pas à utiliser notre page Facebook ou notre fil twitter avec le @fondationhulot et le #Baslesmasques.

 

Commentaires :
2
Posté par :
NCourtoisFNH
Dans :
Parlons solutions
Tags :
mobilité
transition énergétique
diesel
pollueur-payeur
pollutaxe
écotaxe

The Earth Day 2014

« L'humanité est devant une importante décision : choisir (ou pas) de vivre de façon plus durable » est le message adressé cette année à l'occasion du la Journée de la Terre qui a lieu aujourd'hui, mardi 22 avril 2014.

Le mot d'ordre « Green Cities » ou  « villes vertes »

green-cities-journee-Terre

Nous avons développé depuis plusieurs année assez de contenu pour comprendre les enjeux et vous donner des clés pour agir .

Changer de modèle passera par la transition énergétique.

Qu'est-ce que la transition énergétique et comment la construire ? 

Quel est l'état des lieux en matière d'énergie ?

  • Découvrez l'énerthèque pour connaître les énergies (atouts, faiblesses, impacts, promesses, etc.) 

Comment se projeter dans notre futur énergétique ?

Quels liens entre énergie et climat ? 

 

Question du comité consultatif des donateurs à la Fondation

La restauration collective (cantines scolaires, cantines d'entreprises, hôpitaux, maisons de retraite, etc.) représente 8 millions de repas par jour. Elle constitue de ce fait un levier majeur de modification de nos comportements alimentaires et de structuration des filières agricoles.

Aujourd'hui, alors qu'il existe de nombreux exemples de réussites locales, le changement semble avoir du mal à prendre une ampleur nationale. D'où notre question à la Fondation, et à sa chargée de projet Restauration collective responsable, Agathe Vassy : Quels sont aujourd'hui les freins à l'adoption plus large d'une restauration collective responsable ?

La FNH s'investit depuis plusieurs années pour promouvoir une restauration responsable. Elle a notamment organisé en 2011-2012 des journées de travail sur le sujet, alliant tous les acteurs du secteur. Cette rencontre avec les professionnels a permis d'identifier plusieurs points de blocage :

Frein budgétaire

Lorsque l'on sait qu'en milieu scolaire le budget moyen d'une assiette se situe par exemple entre 1€50 et 2€50, le passage à un approvisionnement  de meilleure qualité entraîne un surcoût parfois difficilement envisageable pour les structures. Seulement, intégrer dans une démarche globale ce surcoût peut être grandement minimisé, de la diminution du gaspillage au rééquilibrage des menus, les leviers sont nombreux.

Frein réglementaire

La restauration collective est soumise à de nombreuses normes et contraintes logistiques qui imposent une certaine standardisation des produits, parfois peu compatible avec des circuits d'approvisionnement locaux et de qualité (Qualité, Proximité et Saisonnalité : QPS).

Pour s'approvisionner un restaurant doit lancer un appel d'offre auprès des producteurs grossistes. Or la rédaction de ces derniers doit répondre à une réglementation stricte rendant par exemple difficile l'approvisionnement de proximité.

 

Le manque de structuration des filières agricole

Tous les territoires ne bénéficient pas de filière agricole de proximité et de qualité suffisamment bien structurée pour approvisionner durablement les restaurants collectifs. Les élus ont ici un rôle clé à jouer.

L'importance de l'accompagnement pédagogique

Un certain nombre d'initiatives se sont heurtées à un échec. En effet, l'introduction de produits QPS dans une cantine doit être précédée d'une pédagogie envers les convives afin de les sensibiliser aux enjeux d'une alimentation responsable et de lever ainsi les freins.

 

Le manque de concertation/ échange entre les différents acteurs de la filière 

C'est l'un des freins les plus importants. Un projet de restauration collective responsable doit impliquer plusieurs acteurs (producteurs, grossistes, cuisiniers, mais aussi élus locaux), qui ne connaissent pas forcément le métier et les contraintes des autres. Le dialogue en est d'autant plus difficile que l'accès à l'information au sein du secteur est souvent limité (quelle offre locale ? quelle plateforme logistique de mutualisation ?). Les professionnels souffrent d'un manque de visibilité si bien qu'un cuisinier souhaitant mettre en œuvre une démarche responsable aura du mal à trouver des exemples d'initiatives réussies.

 

schéma restauration collective

Persuadée que ce dernier point est une des clés de la solution, la Fondation travaille à la création d'outils de mutualisation et d'accompagnement à destination des acteurs du secteur. Elle travaille ainsi à un cadre de dialogue à destination des acteurs du terrain grâce à la création d'une méthode d'accompagnement et de certification participative vers une restauration collective responsable (RCR). Après un bilan des pratiques actuelles du restaurant, l'outil permettra de fixer collectivement (cuisinier, clients, élus...) des objectifs à atteindre. Cette démarche permet d'impliquer chacun dans le changement, au lieu de laisser le cuisinier porter seul le projet. La Fondation met aussi en place des outils  de recensement et d'échanges (Portail Internet de la RCR) autour des initiatives engagées, pour que chaque action locale puisse en inspirer d'autres.

Le chantier reste vaste, mais sa portée sur notre santé et sur la structuration de la production agricole vaut largement les efforts. Et gageons que si Agathe Vassy y met l'énergie et la passion dont elle a fait preuve pendant notre discussion, le succès sera au rendez-vous.

 

 

Commentaires :
0
Posté par :
MelanieBlondelFNH
Dans :
Parlons solutions
Tags :
restauration collective responsable
comportements alimentaires
filières agricoles
QPS

Retour sur le discours de politique générale de Manuel Valls

QUELLE PLACE POUR LA TRANSITION ECOLOGIQUE ?

 

Manuel Valls faisait mardi son discours de politique générale et la transition écologique n'a pas eu la place méritée. Peu d'ambition en effet pour ce grand projet pour la France, créateur d'emplois et porteur de justice sociale, résumé pour l'essentiel au projet de loi sur la transition énergétique. Un projet sur lequel de nombreuses inquiétudes demeurent ...

 Si le Premier ministre a réaffirmé certains des objectifs du gouvernement précédent (réduction de 30 % des consommations d'énergie fossile d'ici 2030, réduction de la part nucléaire à 50% du mix électrique d'ici 2025), il n'a rien dit de l'objectif de réduction de 50% des consommations d'énergie finale pour 2050. Il s'agit pourtant d'un engagement affirmé par le président de la République lors de la conférence environnementale de 2013. Aucune mention non plus de la lutte prioritaire contre la précarité énergétique, de l'obligation progressive de rénovation thermique ; rien sur la mobilité.  A cela s' ajoutent de nombreux chantiers majeurs passés sous silence : quid de la conférence bancaire et financière sur les mécanismes de financements innovants pour la transition écologique ? Où est passée la fiscalité écologique ? Pas un mot sur les lois agriculture d'avenir et biodiversité qui devraient être adoptées avant la fin de l'année.

Discours de politique générale 2014

crédit photo Ouest France


Il faudra que le gouvernement précise rapidement comment il aborde tous ces sujets au cœur de la transition écologique.

 

VERS UN PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE ECOLOGIQUE ?

 

Le premier Ministre s'est, ainsi, focalisé sur le pacte de responsabilité et de solidarité. Pour la Fondation Nicolas Hulot il manque à ce pacte une nécessaire dimension « écologique » qui  repose sur trois points principaux. 

  • La poursuite du basculement des régulations initiée lors du déploiement du Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi (CICE). Il s'agit de compenser une partie de la baisse annoncée des fiscalités pesant sur l'emploi par une montée en charge de la fiscalité écologique . De nombreuses instances économiques (FMI, OFCE, Commission Européenne) ont souligné les vertus d'un tel basculement pour l'économie, l'emploi et l'écologie.
  • L'inscription de la lutte contre la précarité énergétique au cœur de la politique de solidarité et de défense du pouvoir d'achat. Un pacte de solidarité écologique, c'est un pacte qui instaure un bouclier énergétique et des primes à la conversion pour aider les ménages à sortir progressivement du fioul et du diesel.
  • La sanctuarisation des budgets dédiés aux politiques publiques de transition écologique quand il s'agira de couper dans les dépenses publiques et le développement de financements innovants.

 

Ségolène Royal sera-t-elle en mesure de faire de ce pacte un autre pilier de la transition écologique ?

Nous lui avions d'ailleurs adressé la semaine dernière une ToDoList des chantiers à réaliser.

 

 

 

Commentaires :
0
Posté par :
NCourtoisFNH
Dans :
Parlons solutions
Tags :
écologie
transition énergétique
transition écologique
remaniement

Luttons contre l'artificialisation des terres agriccoles

En France, une surface de terres agricoles de la taille d'un département français disparait tous les 7 ans sous la pression de l'urbanisation. Ce sont ainsi près de 78 000 ha de terres arables qui sont artificialisées, devenant ainsi inaptes à être cultivées et à produire notre alimentation.

En plus de miter toujours plus le territoire, l'urbanisation galopante fait disparaître peu à peu ce qui est la base de notre alimentation et met en péril, à termes, notre capacité à nous nourrir.

C'est à partir de ce constat que l'association Filières paysannes, soutenues par des organisations environnementales, agricoles et citoyennes dont la Fondation Nicolas Hulot, lancent un appel à l'attention du Premier Ministre et du Ministre de l'Agriculture pour stopper ce phénomène. 

artificialisation des terres agricoles et projet de loi d'avenir

Nous proposons que la loi d'avenir en cours de discussion en Sénat intègre une évolution de la gouvernance autour des projets d'urbanisation dans les départements en renforçant le rôle des Commissions Départementales de Préservation des Espaces Naturels, Agricoles et Forestiers (CDPENAF). L'objectif est que celles-ci aient non plus un avis consultatif mais décisionnel sur tout projet d'aménagement.

 

Soutenez la proposition en signant l'appel 

Nous nous engageons à porter cette proposition collectivement auprès de nos décideurs comme nous l'avons fait l'année dernière. Le mouvement I Field Good pour une alimentation responsable continue !

> Sanctuariser les terres nourricières, une des propositions extraites du Guide de l’éco-électeur pour un Pacte écologique local, Fondation Nicolas Hulot, mars 2014

 

 


Menu interne – pied de page
Aller au contenu
Aller au menu
Aller à la navigation
Aller à la tête de page