Menu interne – tête de page
Aller au contenu
Aller à la navigation
Aller au menu
Aller au pied de container

Découvrez notre Rapport d’Activités 2013 !

Pour tout savoir sur l'action de la Fondation Nicolas Hulot en 2013 et dans un souci de transparence financière, nous vous invitons à télécharger notre Rapport d'Activité 2013 .

Malgré un contexte de plus en plus difficile qui a contraint la Fondation à se séparer de plusieurs collaborateurs fin 2013, nous avons redoublé d'effort et de pédagogie pour apporter notre contribution au défi collectif qu'est la transition écologique.

 

Elaborer des idées nouvelles pour passer du diagnostic aux actes

Parce qu'il est urgent de passer du diagnostic scientifique aux propositions politiques dans tous les domaines de la société, la Fondation s'est entouré d'un conseil scientifique composé d'une quarantaine d'universitaires et d'experts qui l'accompagnent désormais dans l'élaboration d'idées nouvelles portées auprès des décideurs politiques et économiques. Alimentation, éducation, transport, politique énergétique, finance... nos thèmes de travail concernent tous les grands enjeux actuels.

Dans ce cadre, la Fondation s'est particulièrement investie dans le débat national sur la transition énergétique, dont la loi sera discutée à l'Assemblée Nationale mi-septembre.

rapport-activité-fondation-nicolas-hulot-2013

Soutenir des projets pour démontrer que la transition écologique est possible

De la Bretagne à Dakar, la Fondation s'est mobilisée pour accompagner le déploiement d'initiatives qui contribuent à la transition écologique des territoires. En Afrique, en Amérique Latine et en Asie du Sud-Est la Fondation a soutenu des projets qui concilient la préservation de l'environnement avec le bien-être des sociétés humaines. En outre-mer, ce sont des projets visant à sensibiliser les populations aux enjeux du développement durable qui ont été récompensées.

 

Informer les citoyens des grands dossiers qui les concernent

2013, était aussi l'année de réforme de la politique agricole commune, un dossier que nous suivons depuis plusieurs années. Afin de porter les enjeux de cette réforme à la connaissance du grand public, nous avons lancé la campagne de mobilisation I Field Good (J'me champs bien). Au cœur du dispositif, de l'information sur les liens entre l'agriculture et notre alimentation et une pétition mettant en exergue quatre propositions pour une agriculture d'avenir, écologique, juste et solidaire. Plus de 85 000 personnes l'ont signée.

 

Impliquer nos donateurs dans la vie de la Fondation

Enfin, désireux de donner davantage la parole à nos donateurs individuels, nous avons crée le Comité consultatif des donateurs, quatre d'entre eux ont intégré notre conseil d'administration. Une initiative saluée par le Comité de la Charte.

 

 

 

 

 

 

Commentaires :
0
Posté par :
NCourtoisFNH
Dans :
Actualité
Tags :
rapport d'activité
bilan d'action

Jour du dépassement: en 8 mois nous avons épuisé l'équivalent des ressources naturelles que peut produire la Terre en 1 an.

Cette année encore, les Terriens vont continuer à creuser leur "dette écologique". En huit mois, 231 jours exactement, nous avons déjà épuisé l'équivalent des ressources naturelles que peut produire la Terre en un an sans compromettre leur renouvellement et allons donc devoir finir l'année "à crédit".

Alimentation, matières premières mais aussi absorption des déchets et du CO2... L'ONG américaine Global Footprint Network calcule chaque année le jour de l'année où la consommation de l'humanité en ressources naturelles excède ce que la nature est capable de régénérer en un an sans entamer son capital.

Ce "Jour du dépassement", ou "Overshoot Day", tombe cette année ce mardi 19 août, selon l'ONG basée aux Etats-Unis et présente en Europe et au Japon. Jusqu'au 31 décembre, les humains vont donc vivre en puisant dans les stocks eux-mêmes, ceux de poissons par exemple, déjà surexploités, ou en polluant davantage, notamment en accumulant dans l'atmosphère du CO2 responsable du réchauffement climatique.

A la mi-novembre dans les années 80, en octobre dans les années 90, en septembre dans les années 2000... Cette date symbolique et approximative, qui était intervenue le 23 août en 2012, tombe de plus en plus tôt chaque année. Signe, selon l'ONG, du niveau de vie de moins en moins soutenable de Terriens de plus en plus nombreux.

Besoin d'une planète et demie

Si la Terre a été pendant très longtemps à même de répondre aux besoins des hommes sans s'épuiser, le "seuil critique" a été franchi dans les années 70 avec la hausse de la consommation et de la population, rappelle Global Footprint Network, créé en 2003. Et notre "dette écologique" n'a depuis cessé de grossir.

Au point qu'il faudrait aujourd'hui... 1,5 planète pour assurer de façon durable les besoins des habitants de la Terre pendant un an, souligne de son côté le WWF.

Si chaque habitant de la planète vivait comme un résident moyen des Etats-Unis, ce sont mêmes 4 Terres qui seraient aujourd'hui nécessaires. Si chacun adoptait le niveau de vie d'un Chinois, ce serait moins mais notre seule planète n'y suffirait déjà plus (1,2 Terre).

Une "dette écologique" grandissante qui, à l'image de la dette financière des pays, est difficilement tenable plus longtemps, estime Alessandro Galli, directeur régional de Global Footprint Network pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient : "Les déficits écologique et financier sont les deux faces d'une même pièce. Sur le long terme, les pays ne peuvent faire face à l'un sans s'intéresser à l'autre", dit-il dans un communiqué.

Depuis 1970, le Jour du dépassement planétaire se fait chaque année plus précoce

overshoot day 2014

 

En savoir plus :

 En vidéo. Le "Jour du dépassement" est arrivé !, EuroNews, 20/08/13

 En vidéo. Comprendre la biodiversité

Pour aller plus loin, retrouvez notre formation "La biodiversité au cœur du développement durable"

 

UN BATEAU « ZÉRO ÉMISSION DE CO2» POUR LE PROCHAIN VENDÉE GLOBE

Soutenu par la Fondation Nicolas Hulot, le navigateur Phil Sharp se lance un défi de taille

Vainqueur 2006 de la Route du Rhum en Classe 40, le navigateur Britannique Phil Sharp souhaite mettre sa passion pour les courses au large au service de l’engagement écologique. Associant l’Imperial College de Londres, dont il est diplômé, à la phase R&D de son projet, Phil Sharp développe un bateau équipé d’un système 100% énergie autonome et renouvelable, pour le Vendée Globe 2016. Son objectif : démontrer, en milieu hostile, la suprématie des énergies vertes sur les énergies fossiles. Convaincu par ce projet, la Fondation Nicolas Hulot lui attribue son « Coup de cœur 2014 » et accueille Phil Sharp parmi ses ambassadeurs.

Phil Sharp



La Fondation : Phil Sharp vous avez gagné la Route du Rhum 2006 et vous préparez le Vendée Globe 2016, pouvez-vous nous décrire votre parcours ?
Phil Sharp :
Après ma Mini Transat en 2005 et la Route du Rhum en Classe 40 en 2006, j'étais tout juste diplômé de l'Imperial College de Londres. J'ai donc décidé de mettre l'accent sur ma carrière d'ingénieur en structures composites, en continuant à pratiquer la voile de haut niveau comme les championnats du monde de 49er, ou la Transat AG2R. J'ai repris contact avec la course au large en solitaire avec le circuit Figaro en 2011, et j’ai décidé d’être au départ de l’édition en 2016 avec un projet compétitif et innovant après avoir vu l’arrivée du dernier Vendée Globe.

La Fondation : Vous préparez un bateau « Zéro émission », qu’est-ce que cela signifie exactement et qu’en attendez-vous ?
Phil Sharp :
Je suis avant tout un compétiteur et à ce titre je vois une opportunité dans les dernières avancées en matière de production et de stockage d'énergies renouvelables. Plus spécifiquement, on s’intéresse aux technologies hydrogène pour avoir un système totalement régénératif. Je pense que sur une course longue comme le Vendée Globe, nous pouvons mettre au point un système léger, et donc plus performant que les systèmes s'appuyant sur un générateur diesel.

La Fondation : Que signifie pour vous le soutien de la Fondation Nicolas Hulot et de son président ?
C'est un privilège d'avoir rencontré Nicolas Hulot et de devenir un ambassadeur de la fondation. Nous avons tous un rôle a jouer dans la transition vers un modèle 'circulaire' et j'espère que démontrer ce qu'il est possible de réaliser dans un environnement aussi exigeant que le Vendée Globe contribuera à faire changer les états d'esprits, sur ce qu'il est possible de répliquer à grande échelle.

Commentaires :
0
Posté par :
MelanieBlondelFNH
Dans :
Parlons solutions
Tags :
éconavigation
énergie renouvelable
bateau
vendée globe

Un tour du monde en voilier ZÉRO émission : Découvrez vite Eco Sailing Project !

En 2013, Bérenger Laurent, François Allemand, Pierre Laparre et Martin Delapalme se lancent le défi de faire un tour du monde à la voile 100% écologique. Ce projet devient cette année un des coups de cœur de notre fondation !

 

Leur idée :

Transformer un voilier classique de 1978 en un navire totalement autonome énergétiquement, capable de traverser le globe sans une goutte d'essence.

Ceci afin de prouver le formidable potentiel des énergies et technologies vertes dès lors qu'elles sont associées à un changement de comportement, une utilisation intelligente et mesurée. 

Ils appliqueront les principes de l'éco-navigation, réaliserons des missions scientifiques (pose de balises, prélèvements, observations des écosystèmes), et de nombreuses actions de sensibilisation.

Leur but est de mettre en avant des valeurs qui leurs tiennent à cœur : aventure, dépassement de soi et engagement environnemental.

 

Au mois de février 2014, le navigateur et directeur de la fondation Océan Vital, Raphael Dinelli eut vent de ce projet et décida de parrainer ces 4 aventuriers dans ce défi écologique.

eco sailing project

Leur engagement :

-       La transformation d'un voilier de 1978 en bateau autonome en énergie.

-       La diffusion d'une web-série de 24 épisodes mêlant navigation, découverte des régions d'escale, rencontres dans le monde entier et présentation des actions écologiques à bord comme sur terre.

-       Suivi pédagogique des fondamentaux de l'écologie et la marine suivis par 300 élèves (Paris / Vincennes / Morbihan).

-       Ambassadeurs de l'association Matelots de la vie, l'équipe permettra aux 3000 enfants hospitalisés de participer à la grande régate virtuelle. 

-       Partenaire du RIEM (Réseau International des Eco Explorateurs de la Mer), ils réaliseront des missions scientifiques marines.

 

Le départ :

Le voilier, rebaptisé Amasia, lèvera l'ancre fin septembre 2014 du Morbihan. 

 

 

Soutenez ECO SAILING PROJECT :

Sur leur site Internet 

Sur les réseaux :

http://www.kisskissbankbank.com/eco-sailing-project

https://www.facebook.com/EcoSailingProject

http://instagram.com/eco_sailing_project

https://www.youtube.com/watch?v=EfLLul1GhyI

 

 

 

Retrouvez la Fondation Nicolas Hulot sur France culture pour 40 chroniques estivales !

La Fondation Nicolas Hulot vous donne rendez-vous sur France Culture, tous les jours après le journal de 7h10 à partir du lundi 7 juillet ! Au fil de 40 chroniques estivales, la journaliste Dominique Rousset et notre conseiller scientifique Floran Augagneur analyseront les révolutions en cours : du bio-mimétisme au mouvement "slow", du catastrophisme au végétarisme, de l'Eco féminisme à la monétisation de la nature, de la fin du travail à l'économie circulaire...

Une émission pour dresser le portrait d'une société qui change et montrer que loin de l'utopie, et parfois des idées reçues, un avenir crédible et désirable est simplement question de volonté.

Une émission pour comprendre ces révolutions invisibles qui font naître un nouveau monde

« Nous vivons comme dans un monde de verre, redoutant le moindre choc qui le ferait voler en éclats, comme un lézard à l'abri d'une feuille qui tremble. Nous croyons aussi qu'à défaut d'être le meilleur des mondes c'est à tout le moins le seul monde possible ».

Serge Moscovici

france-culture2014

Partout ce monde de verre se fissure. Et ces fissures sont autant de bonnes nouvelles qui font naître un nouveau monde. Car ce qui était la solution au XXeme siècle est devenu le problème du XXIeme. Mais l'homme, de par ses choix, est porteur de solutions, d'alternatives. Toutes ces révolutions invisibles essaiment et fleurissent, partout dans le monde, dans la pensée comme dans la pratique.

Il nous faut changer notre regard, notre perception, notre système de pensée doit questionner les rapports que l'homme moderne entretient avec la nature et la place qu'il y occupe. Les outils conceptuels sont là. Un nouveau paradigme émerge. Les exemples d'applications se multiplient à travers le monde.

 

 

 


Menu interne – pied de page
Aller au contenu
Aller au menu
Aller à la navigation
Aller à la tête de page