Menu interne – tête de page
Aller au contenu
Aller à la navigation
Aller au menu
Aller au pied de container

Quentin, agriculteur proche de la Fondation décrypte pour nous l’agro-écologie et ses avantages

Les 18 et 19 septembre 2014, la FAO (Food and Agriculture Organization) organise à Rome un Symposium international sur l'agro-écologie pour la sécurité alimentaire et la nutrition. Objectif : faire le point sur les dernières connaissances scientifiques sur le sujet et mettre en lumière les dynamiques collectives qui fonctionnent.

 

A cette occasion, des intervenants de tous les continents présenteront leur vision et leur travail. Quentin Delachapelle, vice-président de la FNCIVAM et ambassadeur de notre campagne 2013 sur l'agriculture « I Field Good », est l'un d'entre eux. Il nous explique en quoi consiste l'agro-écologie, quels sont ses avantages et pourquoi elle peine à se développer.

quentin-delachapelle

©Mat Jacob

 

1/ Le Ministère de l'agriculture fait de l'agroécologie son projet pour faire évoluer l'agriculture. Il cherche notamment pour cela à mieux en délimiter les contours. Qu'est-ce l'agroécologie signifie pour toi ?

Depuis l'après-guerre, on a développé une agriculture qui cherche à mettre en place les mêmes recettes partout, indépendamment du contexte, du milieu et de l'environnement dans lequel elle se trouve. Le résultat, c'est une agriculture aujourd'hui déconnectée de son milieu et qui contribue à dégrader l'environnement : qualité de l'eau, biodiversité, changements climatiques...

L'enjeu c'est donc de répondre aux besoins de production agricole en essayant de mieux adapter les systèmes agricoles au contexte territorial, en utilisant les ressources locales et en valorisant les spécificités de chaque territoire.

Il est également important de répondre d'abord aux besoins alimentaires locaux ou régionaux. Ceci est valable en France et en Europe mais aussi dans les pays du Sud qui doivent également pouvoir satisfaire leurs propres besoins alimentaires. 

L'agroécologie permet de répondre à tous ces enjeux.

 

2/ Pour ta ferme, comment cette agroécologie se concrétise-t-elle ?  

L'agroécologie est un cheminement. C'est une forme d'expérimentation continue qui doit tenir compte d'aléas climatiques et économiques de plus en plus fréquents.

J'ai aujourd'hui une ferme en grandes cultures et donc pas d'élevage. Ce qui est un déséquilibre de base pour l'agroécologie car ma priorité doit être de trouver de la matière organique ! Je travaille donc avec des éleveurs de la région pour en récupérer ou bien avec les producteurs de compost. Ceci me permet de maintenir une bonne fertilité du sol en réduisant les engrais chimiques de synthèse.

La deuxième étape est de redéfinir le cycle des cultures afin d'augmenter leur diversité et leurs synergies. Cela permet notamment de réduire l'utilisant de pesticides. Mon objectif est, à termes, de ne plus en utiliser.

Agro-ecologie

 

3/ Selon toi, quelle est la raison pour laquelle l'agroécologie est-elle encore l'exception et non pas la règle ?

 Il me semble que le principal frein n'est pas technique car, même si la recherche doit se poursuivre, beaucoup de connaissances existent. Le problème est que l'agriculture et son organisation économique sont aujourd'hui basées sur un modèle industriel, donc sur la production de masse. En France, une seule race de vache produit la majeure partie du lait de consommation standard. De la même manière pour les céréales, quelques variétés sélectionnées correspondant aux besoins émis par les industriels pour alimenter la consommation de masse. 

Le discours affirmant qu'il nous faut "produire plus pour nourrir le monde" est un mythe. En France le rendement moyen du blé est de 7 tonnes par hectare. Il est de 3 tonnes au niveau mondial... pour les bonnes années ! Les principales marges de manoeuvre pour augmenter les rendements ne sont donc pas sous nos latitudes, d'autant que notre agriculture repose largement sur la chimie... Il nous faut repenser à un modèle, comme l'agroécologie, qui permette en effet d'adapter la production aux potentiels locaux et améliorer les rendements là ou c'est nécessaire. Et de nombreuses solutions existent déjà dans le monde qui démontre que l'ont peut avoir une production diversifiée tout en préservant les ressources et étant moins sensibles aux aléas.

Enfin, le fait est que les politiques agricoles comme les marchés agricoles actuels ne favorisent pas ces agricultures plus vertueuses. La nouvelle PAC, par exemple, continuera de soutenir principalement l'agriculture industrielle et les marchés restent aujourd'hui majoritairement tournés vers les produits standardisés malgré une demande croissante des consommateurs pour des produits sous signe de qualité comme le bio. Ce cadre global doit également changer pour impulser un changement de grande ampleur dans l'agriculture.

 

Pour nous suivre et poser vos questions n'hésitez pas à utilisernotre page Facebook mais aussi notre fil twitter en utilisant @fondationhulot et le #alimentezledebat

 

 

 

 

 

Participez à la marche pour le climat le 21 septembre et soyons tous des #alliespourleclimat

Dimanche 21 septembre 2014, deux jours avant le Sommet des Nations Unies sur le dérèglement climatique, qui rassemblera à New-York les chefs d'Etat et de Gouvernement, la société civile du monde entier se mobilise. Paris, Londres, Berlin, Bogota, Rio, Delhi, Johannesburg, Lagos... au total plus de 2000 villes seront le théâtre d'une grande marche pour le climat. A Paris, la Marche pour le Climat partira de la Place de la République à 14h00 pour rejoindre l'Hôtel de Ville. Avec notre président Nicolas Hulot nous seront présents : venez marcher avec nous !

La Fondation vous donne rendez-vous dès 13h45
devant le 42 boulevard du Temple, Paris 11e

 

Venez vêtu(e-s) de vert (la couleur de la marche) et nous vous remettrons un badge pour symboliser notre engagement commun.

 

La marche sera suivie d'un rassemblement sur la Place de l'Hôtel de Ville et d'un concert du chanteur Patrice. Des personnalités, parmi lesquelles Nicolas Hulot, viendront également sur scène partager leur engagement.

 

Et pour que cette journée ait l'impact qu'elle mérite, vous pouvez utiliser les réseaux sociaux en postant vos selfies avec le message

 « Tous #alliéspourleclimat ».


 

Pour la première fois, descendons dans la rue pour lutter contre le changement climatique !

 

Toutes les semaines, les médias nous inondent de mauvaises nouvelles : la concentration de CO2 dans l'atmosphère a augmenté en 2013 à un rythme inégalé depuis près de 30 ans, le mois de juin 2014 a été le plus chaud depuis le début du XX siècle, plus de 30 millions de réfugiés climatiques en 2012, entre 1901 et 2010 le niveau moyen des mers à l'échelle du globe s'est élevé de près de 20 cm et pourrait atteindre 1 m d'ici 2100... Le 21 septembre, donnons-leur l'occasion de partager une bonne nouvelle : celle de millions de citoyens qui se mobilisent ensemble pour une grande marche pour le climat et réclament d'une seule voix à leurs dirigeants d'agir enfin pour enrayer le plus grand fléau à notre porte.

affiche-marche pour le climat

Portée par des organisations de la société civile de nombreux pays dans le monde, cette marche pour le climat a pour but d'interpeller les chefs d'Etat et de Gouvernement réunis à New-York le 23 septembre et de leur rappeler que la question climatique est non seulement urgente et universelle,  mais avec à la clé de très graves répercussions sur tous les équilibres financiers, économiques, écologiques, sociaux et de solidarité.

 

Organisé à l'initiative de Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, ce Sommet vise à préparer la conférence internationale sur la climat (COP 21) qui se tiendra à Paris en décembre 2015, dont l'issue doit se solder par des engagements fermes et ambitieux pour contenir le réchauffement global en deçà de 2C°.Ce Sommet de New-York est une étape cruciale pour éviter de reproduire l'échec de Copenhague. D'autant plus cruciale qu'à Paris c'est le futur accord international sur le climat, pour la période après 2020 qu'il faudra définir, le Protocole de Kyoto étant valide jusqu'au 31 décembre 2020.

 

Hier peu visibles, les ravages du dérèglement climatique sont aujourd'hui incontestables. Les preuves s'accumulent, les chiffres sonnent le glas. Il n'y a pas de Planète B.

Les 15 prochains mois seront décisifs. Mobilisons-nous tous, descendons dans la rue pour affirmer que la lutte contre le dérèglement climatique n'est pas optionnelle. C'est la priorité !

 

 

Lycéens, étudiants : participez au PRIX ALIMENTERRE ! Un concours de film court sur les enjeux agricoles et alimentaires

Engagée en faveur d'une agriculture et d'une alimentation plus écologique, plus juste et plus solidaire, la FNH s'est associée au CFSI et à la Direction générale de l'enseignement et de la recherche (DGER) du Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt et la pour lancer l'édition 2015 du Prix ALIMENTERRE, un concours de films courts ouvert à tout jeune (ou groupe de jeunes) entre 14 et 25 ans.

prix du film alimenterre

 

Les Prix, remis en avril 2015 et décernés selon deux catégories - lycéens et étudiants - récompenseront les meilleurs films reçus sur deux thèmes :

 

Thème 1 : Agriculture familiale, ici et là-bas :

Suite à une mobilisation forte de la société civile, l'Assemblée générale de l'Organisation des  nations unies (ONU) a déclaré l'année 2014 : « Année internationale de l'agriculture familiale  (AIAF) ». Cette année permettra de sensibiliser et promouvoir l'agriculture familiale dans le monde, aux niveaux politique et économique.

Voici des liens sur le thème de l'agriculture familiale:

http://www.fao.org/family-farming-2014/fr/

http://www.alimenterre.org/page/agriculture-familiale

http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/agriculture-familiale_cle49c6f6.pdf

Les agricultures du monde sont variées, à l'image des territoires sur lesquels elles se trouvent. Elles doivent répondre à trois grands défis globaux : l'alimentation de tous, l'emploi  et la gestion des ressources naturelles. L'agriculture familiale fait partie de ces agricultures.

Est-ce un concept partagé par tous, ici et là-bas ? Est-ce un modèle agricole unique ou pluriel ? Face aux défis mondiaux, l'agriculture familiale peut-elle apporter des réponses pertinentes ? L'agriculture familiale est-elle un modèle agricole durable, créateur d'emploi et de richesse et capable de nourrir le monde ?

 

Thème 2 : Climat, agriculture et alimentation :

En décembre 2015, la France accueille la 21ème conférence internationale sur le Climat. Ce sommet a pour objectif de permettre un accord entre les pays du monde pour la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre afin d'atténuer au maximum les changements climatiques.

L'agriculture est à la fois un secteur à l'origine d'émissions de gaz à effet de serre et une activité qui à même de stocker du carbone dans les sols. L'agriculture subit également les conséquences du changement climatique de plein fouet. Quels sont les enjeux auxquels l'agriculture devra faire face à l'avenir ? Quels risques pour la sécurité alimentaire ? Comment le changement climatique est-il déjà une réalité pour certains ? Comment l'agriculture s'adapte-t-elle déjà à tous ces changements ? Quelles solutions sont mises en œuvre ici et là-bas pour l'agriculture et l'alimentation ?

Voici des liens sur la thématique agriculture et climat:

http://www.ipcc-wg2.gov/

http://www.ifieldgood.org/ca-me-concerne/environnement/climat/

http://www.ifieldgood.org/wp-content/uploads/2013/02/ELA_agriculture-et-gaz-a-effet-de-serre.pdf

A la clé, une formation en lien avec l'agroécologie ou une journée à la Cité du cinéma (Paris). Tous les lauréats auront également la chance de diffuser leur film au Salon international de l'agriculture en 2016 ! 

Les professeurs et enseignants sont également invités à faire participer leurs élèves. Contribuez à faire parler les plus jeunes d'agriculture et d'alimentation !

 

Les dates clés :

15 mars 2015 : date limite de remise des films. Ne la manquez pas !

9 avril 2015 : publication des résultats, remise des prix et lancement du Prix 2016

15 octobre - 30 novembre 2015 : diffusion du film « Coup de cœur du jury » avant toutes les séances du

 

Pour en savoir plus:

Festival de films ALIMENTERRE

 

Téléchargez le règlement 

 

 

 

Journée mondiale de l’environnement 2014

Aujourd’hui 5 juin, c’est la journée mondiale de l’environnement, l’occasion pour nous de faire un petit point sur l'une des conséquences du changement climatique.

Cette année, sous l’égide de l’ONU, les petits états insulaires en voie de développement sont au cœur de cette journée.

La hausse du niveau des mers devrait être comprise entre 29 et 82 centimètres d’ici la fin du 21ème siècle. Une hausse d’un mètre du niveau des mers toucherait directement une personne sur 10 dans le monde, 600 à 700 millions de personnes.

Les premiers concernés sont les habitants des petites îles. Ces petites îles menacées par la montée des eaux abritent des écosystèmes riches, de la biodiversité et des paysages éblouissants. Elles sont en particulier menacées d’inondations et de tempêtes.

Une carte de l’Asie qui met en image la situation dans le cas où l’ensemble des territoires glaciaires fondait. Ce sont donc bien les îles qui sont les plus menacées de voir leur territoire être rogné. Mais des villes telles que la mégalopole de Shangaï qui abritent aujourd’hui plus de 20 millions d’habitants pourraient passer sous le niveau de la mer.

JME-montée des eaux et changement climatique

 

La montée des eaux due au changement climatique concerne donc les îles mais aussi de très nombreuses zones côtières. Il provoquera l’augmentation des submersions de territoires, des inondations côtières et de l’érosion côtière. Par ailleurs, cela provoquera également une pénétration plus importante de l’eau de mer dans les nappes phréatiques.

 

Pour voir plus de simulation de la conséquence de la montée des eaux:

Animation du National Geographic sur la montée des eaux (originale de la carte d’Asie) http://ngm.nationalgeographic.com/2013/09/rising-seas/if-ice-melted-map

Une simulation d’une carte du monde où le niveau de la mer augmenterait d’un mètre voire plus : http://flood.firetree.net/?II=46.6554,2.5658

 

> En savoir plus sur les enjeux et conséquences du changement climatique en visitant notre page dédiée

> Téléchargez notre livret "Défi Climatique" pour comprendre les conséquences du changement climatique

défi climatique

 

 

Pour nous suivre et poser vos questions n'hésitez pas à utiliser notre page Facebook mais aussi notre fil twitter en utilisant @fondationhulot et le #deficlimat

Lancement de la Consultation Nationale Etudiante 2014 par le REFEDD

Le 17 mars 2014, le RÉseau Français des Étudiants pour le Développement Durable (REFEDD) avec qui nous travaillons, lance la troisième édition de sa Consultation Nationale Étudiante, en ligne du 17 mars au 17 juin 2014 sur le site moijaimerais.refedd.org

Tous les 3 ans depuis 2008, le REFEDD donne aux étudiants français de toutes formations et de tous niveaux, l'occasion de s'exprimer sur les thématiques de développement durable, à travers cette Consultation. Il s'agit à la fois de faire état de leurs connaissances et de leurs pratiques en matière de développement durable, mais aussi de comprendre leurs positionnements, leurs besoins et attentes sur ce thème.

consultation refedd

Alors que les premiers résultats de l'étude "Génération Quoi" montrent que l'environnement constitue l'une des trois premières préoccupations des jeunes, la Consultation Nationale Étudiante permettra d'éclaircir la perception des enjeux du développement durable par les étudiants.

Une fois la Consultation terminée, les réponses des étudiants seront analysées et donneront naissance à un rapport contenant les résultats. Il sera possible, sur demande, d'obtenir les résultats de la consultation pour un établissement précis. Le rapport sera publié sur le site du REFEDD et accessible à tous, fin septembre.

En attendant les résultats de la Consultation 2014, vous trouverez ceux de la Consultation Nationale Étudiante de 2011 ici

 

Commentaires :
0
Posté par :
NCourtoisFNH
Dans :
Parlons solutions
Tags :
environnement
écologie
développement durable
sondage
mobilisation étudiante

Menu interne – pied de page
Aller au contenu
Aller au menu
Aller à la navigation
Aller à la tête de page