Penser la transition

La restauration collective, formidable levier pour une alimentation saine pour tous

Publié le 24 mars 2017
Chaque année, près de 3 milliards de repas sont servis dans les cantines des écoles, des entreprises ou des hôpitaux français. Pour beaucoup, c’est le seul repas équilibré de la journée. Ainsi, par ses volumes d’achats et le nombre de convives, la restauration collective constitue un formidable levier pour relocaliser les systèmes alimentaires de la production à la consommation, réorienter l’offre agricole vers des systèmes de production moins polluants, porter une démarche pédagogique auprès des convives en faisant évoluer leurs comportements alimentaires et offrir à tous l’accès à une alimentation saine et de qualité.

restauration collective : levier pour une alimentation durable

Les cantines au cœur de l’action de la FNH depuis le Pacte écologique

L’une des propositions du Pacte écologique consistait à orienter les aides de la PAC vers la restauration collective pour soutenir la demande en produits bio, de qualité, locaux et de saison… que de chemin parcouru depuis lors !

Depuis 2007, la FNH est convaincue du formidable levier que constitue la restauration collective pour répondre aux enjeux agricoles et alimentaires d’un territoire. Les écoles sont concernées mais pas seulement : maisons de retraites, hôpitaux, entreprises,… 8 millions de personnes mangent à la cantine chaque jour et 70 000 restaurants proposent des repas.

Notre engagement s’est traduit à la suite du Grenelle de l’environnement par une circulaire état exemplaire fixant pour la première fois un objectif d’introduction de produits bio dans les restaurants des services de l’Etat. Si la mise en place est laborieuse, la prise de conscience a alors débuté.

Depuis, la FNH a œuvré pour à la fois informer sur les enjeux de la restauration collective, faire avancer les politiques publiques en la matière et construire et proposer des outils aux acteurs pour démultiplier les démarches.

Exemples :
Le guide de la restauration collective responsable

Malheureusement, et même si ce sujet devient incontournable et les démarches de plus en plus nombreuses, il reste beaucoup d’efforts à faire de la part de tous pour le développement de produits bio et équitables dans les assiettes, un approvisionnement local et des démarches globales come la réduction du gaspillage.

Mon restau Responsable, un outil pour progresser, concret et accessible

Fort de cette expérience au cœur du jeu d’acteur, la FNH, en collaboration avec le Réseau Restau Co, qui regroupe 10 000 restaurants collectifs publics et privés, ont créé Mon Restau Responsable®, une démarche de progrès simple et accessible à tous les professionnels de la restauration collective.

Mon Restau Responsable® guide l’établissement vers des pratiques plus responsables sur la durée en privilégiant la concertation entre les différents acteurs impliqués (parents d’élèves, producteurs, distributeurs, associations, élus locaux…). L’outil montre la voie à suivre dans 4 domaines : le bien-être des convives, l’assiette responsable, les éco-gestes et l’engagement social et territorial.

La participation est au cœur de l’outil afin que tous – élus, producteurs, cuisiniers, convives… -  se sentent concernés et in fine responsables des progrès accomplis.

En savoir plus et mettre en œuvre la démarche ici : www.mon-restau-responsable.org

Nos propositions

Pour démultiplier les initiatives, couvrir le territoire national et atteindre 100% de produits bio, locaux, de saison en restauration collective, il faut un contexte favorable : des financements, des outils, des incitations, une mobilisation de tous.

Pour cela la Fondation porte auprès des pouvoir publics :

  • une prime à la conversion bio des cantines mise en place par l’état pour accompagner la mutation : sur le même modèle que l’aide à la conversion proposées aux exploitations agricoles pour passer en agriculture biologique, l’objectif de cette aide d’état est d’inciter et soutenir les restaurants scolaires des écoles primaires à introduire des produits biologiques et de qualité issus de productions locales par une aide pluri annuelle (2 ou 3 ans). Cela permettrait de compenser les coûts associés à ces démarches (investissement, accompagnement) sans augmenter le coût des repas et de compléter les programmes mis en œuvre par les collectivités territoriales pour ces démarches.
  • le développement d’outils d’aide et d’accompagnement comme Mon restau Responsable pour aider les porteurs de projet dans leurs démarches et les guider pas à pas vers toujours plus d’exigence et d’engagement. Sur les territoires, et notamment pour mettre en place les projets alimentaires territoriaux, il est difficile de savoir par où commencer sa démarche, comment mobiliser les parties prenantes, assurer la pérennité du projet

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Dans les mêmes thématiques

SantéConsommation