Penser la transition

Osons le big bang démocratique

Publié le 15 février 2017
La Fondation Nicolas Hulot propose une méthode pour enfin adapter nos institutions au XXIe siècle.

La démocratie est en crise. Les institutions actuelles sont devenues un frein à la transition écologique. Elles ne nous permettent pas d’intégrer les enjeux de long terme dans les décisions présentes. La temporalité des politiques est rythmée par les échéances électorales et focalisé sur le court terme. Mais la crise de la démocratie s’incarne aussi dans la défiance des citoyens à l’égard de leurs élites, par la montée des populismes, par la difficulté de prendre en compte les enjeux scientifiques dans le débat publique, par l’emprise des acteurs économiques sur le pouvoir politique etc...

Il est temps de redonner le pouvoir aux citoyens et de débloquer l’avenir.

Pour répondre à tous ces enjeux et adapter les institutions au XXIe siècle, la Fondation Nicolas Hulot propose la mise en place d’un processus constituant (de rédaction d’une nouvelle constitution). La particularité de ce processus est de faire le pari de l’intelligence collective. Cette méthode, décrite étape par étape dans le rapport, tire les leçons des différentes expériences passées et/ou étrangères. Il s’agit d’un processus original et inclusif, qui implique l’ensemble des citoyens, et utilise les outils de la démocratie participative

Ce processus constituant participatif est également bordé de garde fous pour éviter toute instrumentalisation et garantir que les institutions de demain répondent à l’urgence des préoccupations du citoyen, ainsi qu’aux enjeux de la nature et des générations futures.

Consultez le rapport de Dominique Bourg, Marie-Anne Cohendet, Loïc Blondiaux, Bastien François et Jean-Michel Fourniau.

Rapport constituante