Penser la transition

Soutenir le déploiement d'une énergie solaire photovoltaïque à taille humaine partout dans le monde

Publié le 11 novembre 2015
L’heure n’est plus à questionner la réalité du dérèglement climatique mais bien à mettre en œuvre les solutions. Alors qu'aujourd’hui encore près d’1,3 milliard d’êtres humains n’a pas accès à l’électricité, comment leur apporter les services énergétiques indispensables sans émissions de carbone ?

Une étude de la Fondation Nicolas Hulot démontre que uniquement grâce au Solaire photovoltaïque on pourra atteindre 25% de l'électricité mondiale bas carbone en 2050 !

Tous les ingrédients sont réunis pour que le solaire photovoltaïque fournisse au moins 25% de l'électricité mondiale en 2050 ! Un développement rapide et décentralisé dans les pays du Sud permettrait à 1,3 milliard de personnes d'accéder aux services énergétiques essentiels à moindre coût ! Ce sont les principales conclusions d'un travail d'analyse publié aujourd'hui par la Fondation Nicolas Hulot et conduit à la lumière des dernières évolutions autour de cette technologie.

Le solaire photovoltaïque va bouleverser le paysage énergétique. La preuve par cinq chiffres clés !

 

  • 35 à 50 $/MWh, le coût complet d'une centrale solaire à horizon 2050

Divisé par 10 en 15 ans, le coût complet d’une centrale solaire est aujourd’hui comparable à celui des autres technologies (autour de 70-80$/MWh). Une division supplémentaire par deux d’ici 2050 est largement envisageable car le potentiel d’innovation est encore très important. Les technologies de stockage, en particulier électrochimique, suivront la même dynamique. A l’inverse, le coût des centrales charbon, gaz ou nucléaire devrait croître (exigences de sécurité pour le nucléaire, prise en compte d’un prix du carbone pour le charbon et le gaz, normes sur les émissions de particules pour le charbon, pression croissante de la société civile contre l’extraction des fossiles).

 

  • 136 Mds $ le montant investi dans le solaire PV en 2014 au niveau mondial soit la moitié des investissements dans les énergies renouvelables.

Cette évolution ne reflète pas une soudaine préoccupation environnementale des investisseurs mais bien une réalité économique ! Même en étant conservateur et en supposant que ce montant resterait stable dans les années à venir, la capacité installée en 2050 pourrait atteindre 6000 GW (permettant de répondre à au moins 20% de la demande mondiale d’électricité estimée pour 2050). Mais la compétitivité du solaire et l'augmentation des financements climat pourraient conduire à une hausse supplémentaires des investissements, en particulier dans les pays en développement. On arriverait alors à plus d’un quart de la demande d’électricité couverts par le photovoltaïque en 2050, contre 1 % aujourd’hui.

 

  • 1,3 milliard, le nombre de personnes qui pourraient voir leurs conditions de vie s’améliorer rapidement et à moindre coût grâce au solaire.

La plupart des pays sans réseau électrique bénéficient d’un ensoleillement important et régulier. Le développement de petites installations solaires couplées à des batteries permettrait de couvrir les premiers besoins des habitants, sans attendre les décennies nécessaires pour construire des réseaux électriques. Il suffit de quelques semaines pour apporter, même aux habitants des villages les plus reculés, les services que permet l’électricité : l’éclairage, la conservation des aliments ou des médicaments, la recharge de téléphones portables, ou l’accès à internet etc. Encore faut-il orienter les politiques publiques dans ce sens, appuyer les PME locales qui proposent des solutions adaptées au mode de vie et aux besoins réels des populations. La construction et le raccordement au réseau n’arriveraient que dans un second temps. Soyons pragmatique : n’attendons pas 2020 ou 2030 alors que nous pouvons agir des aujourd’hui pour améliorer très concrètement les conditions de vie de millions de gens. Une telle (r)évolution a déjà eu lieu dans le domaine des communications : les téléphones portables ont permis d’éviter le long et coûteux développement d’infrastructures !

 

  • 4 fois plus, la capacité de solaire qui pourrait être installée en France sans bouleverser le réseau électrique.

Dans les pays ayant un système électrique mature, l’intermittence des énergies renouvelables et donc du solaire fait débat : elle poserait, pour certains, un problème majeur pour le réseau électrique. Pourtant, les marges de manœuvre pour l’installation de capacités solaires sont encore importantes. Et cela, sans mettre en place de dispositif nouveau car ces réseaux sont déjà bien équipés pour gérer des variations significatives entre l’offre et la demande d’électricité. La France, par exemple, pourrait encore installer entre 20 et 25 GW de capacité de production solaire (contre 5,8 GW fin 2015) sans que cela pose de problème au réseau. Cela permettrait de fournir jusqu’à 8% de la consommation française (contre 1,5% aujourd’hui). Un retard à rattraper ! A moyen terme, le développement des techniques de pilotage et d’effacement de la demande ainsi que l’ajout de capacité de stockage au réseau permettent d'envisager que le solaire puisse fournir au moins 25% de la consommation d’électricité d’un pays comme la France !

 

  •  30 à 70 gCO2eq/KWh, le contenu carbone actuel du photovoltaïque.

Il ne pourra que diminuer compte tenu des évolutions en cours en termes d’innovation (qui réduiront l’énergie nécessaire à la fabrication d’une installation solaire). Rappelons que pour limiter le réchauffement climatique à 2°C nous devrons viser en 2050 un contenu carbone moyen pour la production d'électricité inférieur à 100 et aussi proche de 50 gCO2eq/KWh que possible. Le développement du solaire PV est donc un levier essentiel pour la réussite des politiques climatiques.

Télécharger le résumé exécutif en français et en anglais.

Lire la tribune L'énergie solaire, une solution pour le XXIe siècle !, par Nicolas Hulot et Nicolas Ott publiée le 12/11/15 dans le Huffington Post.

Download english version

POUR RECEVOIR L'ETUDE EN FORMAT PAPIER REMPLISSEZ LE FORMULAIRE ICI >>> (c'est gratuit).

Etude réalisée par Nicolas Ott, spécialiste des énergies renouvelables, ancien conseiller du ministre de l'écologie.

Solaire photovoltaïque : 25% de l'électricité mondiale bas carbone d'ici 2050 !
12/11/15 - format ZIP - 3.14 mo