Communiqué de presse

1 an après l’entrée en vigueur provisoire du ceta : un bilan inquiétant

Publié le 20 septembre 2018 , mis à jour le 30 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Glyphosate, loi Hulot sur les hydrocarbures, pesticides interdits en Europe : les tentatives pour contourner ou abaisser les normes environnementales ont commencé et le gouvernement français reste passif.

Le 21 septembre 2017, 95% du CETA entrait en application provisoire, à l’exception de son volet « investissement ». Premier accord de commerce dit de « nouvelle génération », il ne vise plus seulement à abaisser les droits de douanes mais également à réduire les barrières non tarifaires au commerce, c’est à dire les normes considérées comme des obstacles aux échanges. Son champ d’application est bien plus large que les accords de commerce « classiques » et susceptible d’affecter les règles sociales, environnementales, sanitaires, financières, etc. Il s’agit en outre d’un accord « vivant » dont le contenu pourra être modifié après sa ratification. Les enjeux de cet accord sont cruciaux, c’est pourquoi il est nécessaire d’en montrer les limites et les dangers, d’autant plus qu’il est présenté abusivement comme un exemple d’accord progressiste.

Douze mois après l’entrée en vigueur du CETA, la Fondation pour la Nature et l’Homme et l’Institut Veblen dressent un bilan inquiétant et s’alarment de l’immobilisme du gouvernement pour atténuer les aspects les plus problématiques de l’accord. La FNH et l’Institut Veblen appellent donc le gouvernement français à suspendre le CETA dont les premiers mois d’application démontrent le caractère nocif pour l’environnement et la capacité des États de réguler dans l’intérêt général. La décision du gouvernement de repousser la ratification du CETA en France après les élections européennes laisse la possibilité de tirer tous les enseignements de cette application provisoire.

Télécharger le communiqué de presse complet

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Etude d'impact du CETA : lacunes, hypothèses irréalistes et impacts négatifs...
CETA : le Gouvernement présente un plan d'inaction
CETA : Nicolas HULOT appelle à en finir avec les incohérences !