Projets soutenus

À Mayotte, un club de foot se mobilise pour son île

Publié le 03 février 2021 , mis à jour le 12 avril 2021

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

À Mamoudzo, sur l’île de Mayotte, Ridjali Toiyifou, professeur des écoles, adjoint au maire mais aussi dirigeant et entraîneur de foot de l’association sportive du club Vahibé omnisports a décidé d’élargir sa vocation éducative à l’environnement. Pour mobiliser la centaine de sportifs licenciés autour des enjeux du changement climatique, il les emmène sur un autre terrain de jeu : Des sorties pédagogiques où le ramassage de déchets dans les rivières et le nettoyage du lagon leur enseignent pourquoi et comment préserver la beauté et la richesse de leur île..

Le patrimoine naturel de Mayotte menacé par la pollution

La gestion des déchets est un réel problème à Mamoudzou, chef-lieu de Mayotte. Avec des cours d’eau asséchés ou remplis de détritus, la faune et la flore qui font la richesse de l’île risquent de disparaître, menaçant l’équilibre des écosystèmes.

Un autre phénomène naturel, celui des grandes marées, se trouve accentué par l’enfoncement de l’île. Alors que l’eau pénètre plus loin à l’intérieur des terres, les inondations fréquentes posent problème.

Charriés par l’eau, toutes sortes de déchets : domestiques (canettes, couches, restes alimentaires) rejets d’égout et détritus en tous genres, plastiques, carcasses de machines… se trouvent éparpillés dans l’environnement quand l’eau se retire. Cette pollution se double d’un risque sanitaire accru par l’insalubrité de l’eau stagnante. Ces larges flaques nauséabondes constituent un gîte propice au développement des larves de moustiques, vecteurs de maladies infectieuses. Nettoyer les quartiers est primordial pour éliminer ces réservoirs d’agents pathogènes.

7ème édition de «Urahafu na Unono», ramassage annuel de déchets à Mamoudzou

Urahafu na Unono (propreté et santé) est le nom de cet événement organisé annuellement depuis 2013 par la mairie de Mamoudzou en partenariat avec l’association sportive du Vahibé club. Il consiste à faire le tour des quartiers, pour sensibiliser et ramasser des déchets, aux abords des rivières et dans les lieux de vie sur la place publique.

La dernière édition a eu lieu fin novembre 2020 avec deux sessions de nettoyage de 7h à 12h.Une matinée citoyenne réservée aux agents communaux, aux administrations et aux établissements scolaires le vendredi 27, et une matinée communautaire le lendemain pour les associations, les entreprises et l’ensemble de la population.

1100
tonnes de déchets ont été ramassés depuis 2013

Pour aller plus loin, un projet « protéger l’environnement proche et lointain »

Avec l’association du club Vahibé, Ridjali, veut en faire plus pour Mayotte. Son projet «protéger l’environnement proche et lointain», lauréat de notre dispositif Agir à l’international de Génération Climat, vise à changer les mentalités en mobilisant un maximum de personnes par le biais des licenciés du club de foot.

Sportifs et adhérents appelés à devenir des ambassadeurs du climat

En effet, le sport est très fédérateur dans la ville de Mamoudzou et les jeunes viennent de tous les quartiers de la ville. Toucher les adhérents du vahiné club omnisport est le meilleur moyen de porter un message à l’ensemble de la communauté. Par ailleurs les compétitions qui amènent les sportifs à se déplacer dans l’île permettent aussi de sensibiliser les équipes adverses et leurs proches sur l’urgence d’agir, eux aussi, collectivement dans leur village.

Des actions de terrain et l’intervention de naturalistes de Mayotte

Lors des sessions organisées de nettoyage des cours d’eau et des mangroves, les bénévoles accompagnants du Vahibé club veulent s’entourer de spécialistes d’une cellule départementale du climat. Randonnées et visites guidées sont l’occasion pour les naturalistes d’amener les jeunes à constater eux-mêmes la pollution dans les rivières en leur expliquant le lien direct entre les déchets qui s’y trouvent et l’état du lagon. Le but est de mettre ensemble, en évidence, la relation de cause à effet entre les comportements irresponsables et les dangers que les déchets sauvages représentent aujourd’hui pour la biodiversité terrestre et marine et, demain pour l’île.
Le soutien financier apporté par la Fondation Nicolas Hulot via Génération Climat permet d’aider à concrétiser cet utile et beau projet impliquant encore une fois grâce aux jeunes, toute une communauté.

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

En Isère, l’Association Pic vert redonne vie à des sites désertés par la biodiversité
Restauration d'une zone humide à La Celle-Dunoise dans le Nord de la Creuse
Lutter contre la faim pour protéger la biodiversité à Madagascar