Campagne

A partir du 5 mars 2020, l’État français aggrave son impact sur le dérèglement climatique

Publié le 03 mars 2020 , mis à jour le 19 novembre 2020

Justice climatique

Restez informés

Chaque semaine, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Le 5 mars 2020, c’est le “Jour du dérèglement” en France. Les organisations de l’Affaire du Siècle dévoilent qu’en 2 mois et 5 jours, la France a émis la totalité des gaz à effet de serre qu'elle pourrait émettre en un an si elle respectait son objectif de neutralité carbone. Dès aujourd’hui et jusqu’au 31 décembre, l’État français est donc à découvert climatique. Le fait que cette date arrive si tôt dans l’année est une nouvelle démonstration que l’État est encore loin de respecter ses propres lois et objectifs climatiques. Le recours en justice de l’Affaire du Siècle, déposé le 14 mars 2019 et soutenu par plus de 2 millions de Français, vise à mettre fin à cette fuite en avant.

Jour de dérèglement - Affaire du Siècle

Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, les émissions de gaz à effet de serre de la France ne pourront pas dépasser 80 MtCO2e par an. C’est ce qui a été fixé dans la feuille de route climatique à long terme de la France, appelée la “Stratégie nationale bas carbone”. Pourquoi ? Parce que c’est à ce niveau que se situeront, selon l'État, les capacités maximales d’absorption du CO2 par notre biosphère (forêts, prairies, océans). 

Cependant, cette année nous avons atteint ce seuil en seulement 9 semaines ! Alors à ce rythme, la neutralité carbone ne sera pas atteinte en 2050, mais en 2085 ! 

Et pourtant, l’atteinte de la neutralité carbone en 2050 a été fixée par l’État dans la loi énergie-climat de 2019, pour être conforme aux objectifs de l’Accord de Paris. Mais le fait que le Jour du dérèglement arrive dès le 5 mars révèle une fois de plus le grand retard climatique de l’État français par rapport à ses objectifs climat. 

Le fait que le Jour du dérèglement arrive dès le 5 mars révèle une fois de plus le grand retard climatique de l’État français par rapport à ses objectifs climat.

Les organisations de l’Affaire du Siècle (Notre Affaire à Tous, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France), réitèrent qu’il est grand temps que l’État prenne ses responsabilités et protège ses citoyens face à l’urgence climatique.

Une dette qui impacte tous les Français

Actuellement 62 % de la population française est exposée de manière forte ou très forte aux risques climatiques (ONERC). L’Affaire du Siècle lançait un appel à témoin en décembre dernier sur les impacts du dérèglement climatique en France. Résultat : 20 000 citoyens se sont déclaré témoins du climat :  érosion du littoral, canicule, fonte des glaciers, pluies diluviennes...les impacts se font déjà sentir dans le quotidien des Français.es.

Et si rien n’est fait, les conséquences ne feront que s’aggraver. L’Agence européenne de l’environnement publiait le 10 février dernier une carte des conséquences des changements climatiques en 2100, basée sur les projections du GIEC. Les prévisions pour la France : 100 fois plus de risque d’inondations en Bretagne, les villes à l’intérieur du territoire seront fréquemment inondées, le risque d’incendies sera 40% plus élevé et toute la moitié sud de la France souffrira chaque été de sécheresses. Alors il n’y a plus de temps à perdre !

Moins d’une génération pour faire reculer cette date au 31 décembre 

Alors que faire ? Pour que le Jour du dérèglement tombe le 31 décembre, la France doit mener en 30 ans une transformation de tous les systèmes : énergie, alimentation, transports, logement, industrie, agriculture… L’Affaire du Siècle porte 6 solutions phares :

  1. Instaurer une fiscalité socialement juste au service de la lutte contre le changement climatique
  2. Créer un service public de la rénovation énergétique des logements dans tous les territoires
  3. Donner la possibilité à toutes et tous de se déplacer plus proprement
  4. Instaurer le droit à une alimentation saine et durable pour tous
  5. Développer massivement les énergies renouvelables
  6. Mettre fin aux cadeaux aux entreprises polluantes

Et pour cette transformation sans précédent, 30 ans ce n’est pas si long que ce que l’on pourrait le croire ! Quelques exemples :

  • En 30 ans, les émissions de gaz à effet de serre de la France ont baissé de 19%. Elles devront être divisées à nouveau par plus de 5 ces 30 prochaines années pour atteindre la neutralité carbone en 2050. 
  • Les émissions liées au secteur des transports ont augmenté de 10% en près de 30 ans (1990-2018), poussées par la croissance de la demande.
  • Dans le secteur du bâtiment, même si ses émissions ont baissé de 10% en près de 30 ans (1990-2018), le progrès est trop lent : en moyenne la baisse d’émissions annuels étaient de 1,5% depuis 2015, alors que les textes officiels prévoyaient une baisse de 5,5%.

L’affaire du Siècle continue à se mobiliser !

Alors pour faire respecter ses objectifs de neutralité carbone à l'État français, l’Affaire du Siècle continuera de porter ce recours en justice et de poursuivre le travail avec les avocats. La réponse de l’Etat se fait attendre mais l’Affaire du Siècle maintient la pression, avec le soutien de plus de 2 millions de citoyennes et de citoyens ayant signé la pétition en soutien. 

Vous souhaitez continuer à soutenir l’Affaire du Siècle ? Devenez un témoin du climat et montrez à l’État que nous voyons et subissons déjà les conséquences de son inaction ! 

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Affaire du Siècle : une cartographie des impacts du dérèglement climatique pour ouvrir les yeux de l'Etat
L’Affaire du Siècle : qui sont les signataires de l’appel le plus soutenu de France ?
Affaire du Siècle : 16 mois plus tard, l’État nie tout en bloc, tandis que deux autres ONG ajoutent des arguments au dossier