Campagne

Arracher les plantes invasives pour préserver la biodiversité

Publié le 31 mai 2021 , mis à jour le 08 juin 2021

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Oui, l’arrachage manuel reste souvent le seul moyen de lutter, sans trop d’impact, contre la prolifération des plantes invasives dans les milieux fragiles. C’est dans ce contexte que le chanteur Maxenss a accepté de partager avec Clémence, lauréate de notre grand concours photo lancé l’automne dernier, l’expérience d’un chantier nature comme ceux fréquemment proposés à des bénévoles sur notre site jagispourlanature.org.

Cap sur la Gironde avec notre association partenaire Curuma qui accueille Maxenss et Clémence ce 5 juin, pour une séquence d’arrachage de baccharis à la pointe du médoc dans le marais du Conseiller.

L’association Curuma lutte contre la fermeture des zones humides de la pointe du Médoc

Quand en 2013, Patrick Lapouyade reprend les rênes de l’Association Curuma (créée en 1993), sa mission consiste à réhabiliter près de 1000 hectares de zones humides plus ou moins laissées à l’abandon à la pointe du Médoc. Pour parvenir à enrayer l’envasement de ces milieux humides, il doit œuvrer sur tous les fronts : gérer la circulation de l’eau, relancer des activités acquacoles et agricoles durables pour entretenir le milieu, lutter contre la fermeture arbustive pour maintenir un paysage ouvert et surtout, sensibiliser et mobiliser tous les bénévoles prêts à agir sur le terrain pour l’arrachage annuel de plantes invasives : principalement le baccharis, et le Séneçon du cap.
Sur ce dernier volet, Curuma, en tant qu’association partenaire et membre du réseau J’agis pour la nature peut compter sur la Fondation Nicolas Hulot pour relayer sur sa plateforme dédiée aux activités de bénévolat nature, les actions de terrain qu’elle organise régulièrement pour lutter contre les plantes invasives.

Zoom sur le marais du Conseiller : Comment Curuma fait revivre 550 hectares d’une exceptionnelle richesse.

Patrimoine historique, l’existence même du marais du conseiller est intrinsèquement liée aux activités que l’homme y a implantées.

Le retour d’activités économiques durables

Le marais du Conseiller a heureusement échappé à la bétonisation dans les années 50/60, et depuis, Curuma œuvre pour y restaurer des activités du secteur primaire. En effet, l’ostréiculture, le pâturage, les cultures céréalières et le maraîchage, mais aussi la pêche et la chasse sont autant de solutions adaptées à l’entretien des espaces humides. Aujourd’hui, l’association peut s’enorgueillir d’avoir réussi à faire revenir sur le site des activités aquacoles – crevettes palourdes et huitres  - agricoles, avec deux éleveurs de bovins de race Aubrac et Limousine, le pâturage (de mars à octobre) de chevaux d’un haras voisin, la culture de fourrage et aussi la chasse au gibier d’eau à proximité des vasières et en bordure d’estuaire.

Une lutte sans merci contre le baccharis : un fléau pour la flore locale

L’autre grand défi de Curuma est de maîtriser la colonisation du Marais du Conseiller par les plantes dites invasives. Le baccharis plante d’agrément dans les jardins mais toxique et invasive dans les zones humides menace l’équilibre même des écosystèmes. Cet arbuste d’ornement introduit depuis les États-Unis au 17ème est observé pour la première fois en milieu naturel en 1915. Communément appelé faux cotonnier en raison de ses fruits à l’apparence de filaments cotonneux, ses graines (jusqu'à un million sur un pied femelle avec une durée de vie de 5 ans !) sont, à l’instar du pissenlit, dispersées par le vent. Ils forment alors des buissons redoutablement prolifiques et résistants qui entrent en compétition direct avec les plantes indigènes.

Se porter bénévole aide à préserver l’extrême richesse de la biodiversité des zones humides

L’arrachage manuel, moins impactant pour la faune et la flore que les engins mécaniques est alors la seule solution pour contrer l’étalement du baccharis. Obéissant à un calendrier précis, l’intervention des adhérents de l’association et des bénévoles est une précieuse aide car la marge de manœuvre est étroite. Il faut agir en mars/avril avant la floraison du mois d’aout, mais ne pas déranger les animaux pendant la période de reproduction (avril à juin) et hors période migratoire à la fin de l’été et en automne.
Conscients de l’importance de la participation de chacun, Curuma s’attache à faire de ces journées chantiers nature un moment convivial qu’elle met à profit pour communiquer et sensibiliser les participants aux enjeux de l’action menée. Le temps d’un débriefing autour d’un repas élaboré avec les produits locaux, Curuma rappelle l’extrême richesse de la biodiversité de ces milieux et de l’importance de la qualité des services rendus par les zones humides : filtration/épuration de l’eau, atténuation du phénomène de crue et d’inondations, captation du carbone.
Enfin il ne faut pas oublier que si le Marais du Conseiller est, en soi, un immense réservoir de biodiversité végétale avec des arbustes comme le prunellier, des plantes spécifiques comme l’obione, la salicorne, l’armoise maritime) et le lieu de vie permanent de nombre d’insectes (libellule, criquets, sauterelles…) d’amphibiens (très forte concentration de crapauds à couteau d’Aquitaine), d’oiseaux (échassiers, canards…), il est aussi un site de reproduction et une halte pour les oiseaux en période migratoire.

Alors convaincus ? Si comme Maxenss, Clémence et les autres bénévoles vous souhaitez participer à un chantier nature rendez vous sur notre plateforme "J'agis pour la nature

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Les meilleures activités de l’été en pleine nature !
Découvrir les grands dauphins dans la baie du Mont-Saint-Michel
La permaculture pour accompagner la transition agro-écologique au Sénégal