Communiqué de presse

Bilan de la task force glyphosate : Face à l’échec de la méthode du gouvernement, la Fondation Nicolas Hulot demande que l’interdiction du glyphosate soit inscrite dans la loi de toute urgence

Publié le 10 avril 2019 , mis à jour le 17 février 2021

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Le Comité d’Orientation Stratégique Ecophyto a présenté les indicateurs de suivi du plan glyphosate et les résultats sont alarmants : en 2017 on vend plus de ce pesticide qu’en 2011 ! Un bilan qui doit sonner le glas de la méthode prônée par le gouvernement. Comment justifier la poursuite d’une simple observation à distance des pratiques quand cette augmentation plaide pour une inscription de l’interdiction dans la loi ? 

En juin dernier, le gouvernement justifiait en effet son refus de légiférer en disant “Les objectifs restent les mêmes, seuls les moyens pour y arriver divergent”. Mais ces moyens certes nombreux, centre de ressource en ligne, décision de non renouvellement de certains produits à base de glyphosate, mise en place d’une task force pourcoordonner l’ensemble des actions à ce sujet, n’ont pas permis de progresser sur le sujet.Neuf mois plus tard, aucune avancée significative n’est en effet constatée concernant la baisse de l’usage du glyphosate.Aussi, pour que les engagements pris par le président de la République en 2017 soient respectés, la Fondation Nicolas Hulot appelle aujourd’hui les députés à inscrire l’interdiction du glyphosate d’ici fin 2020 dans une loi. Rappelons que nombre d’entre eux s’étaient en effet engagés à le faire si une diminution significative des quantités utilisées n’était pas observée.

Télécharger le communiqué de presse

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Loi Climat et résilience : la rénovation énergétique attendra elle aussi
Un règlement européen pour contrer les dérives de la mondialisation
Réduction des Pesticides: 1% des financements publics est réellement efficace