Communiqué de presse

Bio dans les cantines : Une censure purement formelle qui n’enlève rien à la réalité

Publié le 27 janvier 2017 , mis à jour le 25 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Voté à l’unanimité dans le cadre de la loi Egalité et Citoyenneté, les objectifs pour le développement du bio et du durable dans la restauration collective ont finalement été censurés par le Conseil Constitutionnel hier car sans rapport avec le projet de loi initial. Une fin malheureuse pour des dispositions législatives qui trouvaient à l’origine leur place dans une proposition de loi dédiée, la loi Allain pour un ancrage territorial de l’alimentation, et ont été inclus dans la loi Egalité et Citoyenneté pour de simples raisons de calendrier parlementaire. Pour la Fondation Nicolas Hulot, cette censure, purement formelle, n’enlève rien à la dynamique réelle qui voit sur le terrain une implication croissante des collectivités et restaurateurs pour offrir à un public toujours plus demandeur une alimentation durable et de qualité. Le développement du bio et l’intérêt suscité par la démarche d’accompagnement Mon Restau Responsable® que la Fondation a lancé en juin en témoignent. 

Pour aller plus loin

Télécharger (format pdf - 413 Ko)

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Audience de l’Affaire du Siècle : un pas de plus vers une victoire historique pour le climat
Loi Climat : Les parlementaires doivent améliorer avec ambition le texte sur la rénovation énergétique !
Convention Citoyenne : les conditions pour une véritable réforme de la Constitution