Ecogestes

Bio importé ou local conventionnel : quel est le meilleur choix pour des courses responsables ?

Publié le 12 octobre 2018 , mis à jour le 19 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Parfois perplexe devant les rayons au moment de faire vos courses ? Au quotidien, pas toujours facile de faire les bons choix. Les fruits et légumes, faut-il les choisir bio importés ou locaux en agriculture dites conventionnelles ? On vous aide à y voir clair.

Bio et local

 

Bilan santé et pesticides du bio versus le local conventionnel

Le bio a un net avantage sur le conventionnel : il est meilleur pour la santé car il ne contient ni pesticides, ni intrants chimiques. En monoculture, le conventionnel appauvrit les sols et doit avoir recours aux engrais et autres traitements pesticides pour maintenir des rendements élevés. Ces intrants nous empoisonnent et dégradent l'environnement.

Bilan carbone du bio importé versus le local conventionnel

Le bio importé nécessitant un transport par avion, du stockage et de la réfrigération depuis le bout du monde (pour exemple : citrons d'Amérique du sud et haricots verts d'Afrique) a un bilan carbone bien plus lourd qu'une production Française en conventionnel et en régions. 

Par contre, les produits locaux en conventionnel, s'ils sont vendus hors saison sont à leur tour plus émetteurs de gaz à effet de serre. Prenons l'exemple des tomates : même vendues en circuit court mais cultivées l'hiver, en Bretagne, sous serre chauffée, elles affichent un bilan carbone supérieur à celui de l'importation et du transport depuis les pays du sud de tomates bio produites à l'air libre.

Conclusion : Il ne faut acheter que des fruits et légumes de saison. Et la culture biologique n'est vraiment écologique que si elle reste dans une démarche locale ET saisonnière. 

 

Bon à savoir
Devant l'extraordinaire croissance de la demande, attention aux dérives du bio dans la grande distribution qui, pour baisser les prix, importent des produits moins coûteux (main d'œuvre étrangère saisonnière sous payée) et ne répondant pas toujours aux mêmes exigences (normes difficiles à contrôler). A noter également une irrigation intensive qui met en danger les réserves hydriques et impacte l'approvisionnement en eau dans ces régions.

Lire aussi notre article "Pour des courses responsables : est-il préférable d'acheter en conserve ou au rayon surgelés ?"

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

“On n’est pas arrivé !” Une série qui nous interpelle sur notre façon de nous déplacer
5 bonnes raisons de laisser sa voiture au garage lorsqu’on a le choix… et surtout en ville !
Veiller sur son jardin