Carole Cheucle : 51 ans, Nouvelle-Aquitaine

Ma lettre de candidature

Pour illustrer les raisons de ma candidature au comité consultatif des donateurs et au conseil d’administration de la fondation, j’ai choisi cette photo de notre Terre vue de l’espace; Thomas Pesquet, qui a eu le temps de regarder notre petite planète sous toute ses formes, l’a bien compris; son avenir est entre nos mains et elle est notre seul bien. Au-delà il n’y a rien; si nous détruisons cette terre, si nous continuons à l’abimer, à la rendre de plus en plus inhospitalière, nous n’aurons rien d’autre, et nous ne pourrons nous en prendre qu’à nous -mêmes. 

Il nous faut regarder plus loin que notre quotidien, plus loin que nos pieds, notre rue, notre ville; il nous faut regarder le monde et comment nous, les humains, le changeons par nos actions inconsidérées et égoïstes. Plus je vieillis et moins j’ai confiance dans la capacité de l’humanité à changer de regard et d’attitude envers notre planète, envers le vivant et envers les hommes eux-mêmes. 

Que de guerres, d’atrocités, de dégradations irréparables commises sur les hommes, les animaux, les plantes, l’environnement, notre terre nourricière. Comme si le temps ne nous était pas compté, comme si chaque individu n’allait pas mourir demain. 

Alors oui il faut agir; plus nous serons nombreux, plus nous diffuserons la connaissance, même et surtout aux plus réfractaires, et plus nos chances de préserver ce bien si précieux, de pouvoir léguer un monde et des valeurs dignes d’eux à nos enfants et petits-enfants augmenteront. Et cela nous coute si peu au quotidien quand on y réfléchit. Voilà pourquoi je souhaite rejoindre de manière plus active la Fondation Nicolas Hulot.

Jusqu’à maintenant, j’ai fait des dons, agi dans ma sphère privée conformément à mes principes: bienveillance, écoute, économie des ressources, du bio bien sur depuis plus de 20 ans; j’ai regardé la nature tous les jours en me disant quelle chance j’avais de vivre dans ce monde, de voir tous les jours le réveil de la nature, d’entendre le chant des oiseaux, de voir le chevreuil traverser le champ, l’abeille revenir chaque printemps.