Communiqué de presse

CETA et TAFTA : un accord anti-démocratique peut en cacher un autre

Publié le 28 avril 2016 , mis à jour le 25 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

foodwatch, la Fondation Nicolas Hulot, Corporate Europe Observatory, Alfred de Zayas, expert des Nations unies et Aurélie Trouvé, agroéconomiste appellent la France à s’opposer à l’adoption du CETA et à stopper les négociations sur le TAFTA. Le Président de la République et le Premier ministre ont émis des réserves cette semaine concernant la signature du TAFTA. Pourtant, un autre traité de libre-échange transatlantique, le CETA, déjà conclu entre l’Europe et le Canada, et présentant les mêmes dangers, pourrait entrer en vigueur dans les prochains mois. foodwatch, la Fondation Nicolas Hulot et trois experts de renom appellent le gouvernement français à la cohérence en traduisant les discours en actes. Le gouvernement doit agir d’urgence pour éviter que l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (CETA) ne soit entériné par le Conseil de l’UE et n’entre en vigueur avant même que nos élus n’aient eu leur mot à dire.

Pour aller plus loin

Télécharger (format pdf - 293 Ko)

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Loi Climat et résilience : la rénovation énergétique attendra elle aussi
Un règlement européen pour contrer les dérives de la mondialisation
Réduction des Pesticides: 1% des financements publics est réellement efficace