Communiqué de presse

CETA : un vote qui ne résout rien

Publié le 15 février 2017 , mis à jour le 25 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Sourds à toutes les alertes sur les risques associés à ce traité de nouvelle génération, les députés européens ont choisi de ratifier le CETA qui entrera en vigueur de manière provisoire dès le 1er mars avant que les parlements nationaux ne se soient prononcés. Pour la Fondation Nicolas Hulot, ce vote ne met un point final ni à la contestation d’un traité, qui pourra être rejeté par le Parlement français, ni au large débat qui s’est ouvert sur une politique commerciale européenne incompatible avec les grands enjeux sociétaux de ce siècle. Négocié dans l’ombre, en contradiction avec l’Accord de Paris et le principe de précaution, cet accord a suscité une opposition de plus en plus large au fil des ans partout en Europe. Une opposition d’autant plus légitime qu’il est possible d’amender ce traité pour qu’au contraire, il puisse accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre et une transition écologique socialement juste.

Pour aller plus loin

Télécharger (format pdf - 394 Ko)

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Loi Climat et résilience : la rénovation énergétique attendra elle aussi
Un règlement européen pour contrer les dérives de la mondialisation
Réduction des Pesticides: 1% des financements publics est réellement efficace