Histoire de la fondation

Lorsque Nicolas Hulot crée la Fondation en 1990, c’est avec la volonté d’apporter sa contribution à cette grande cause que l’on appelait alors la cause environnementale, sans imaginer qu’il s’agissait d’un engagement profondément humaniste.

Fort d’un certain nombre de lectures, de rencontres, de voyages, Nicolas Hulot prend petit à petit conscience que la planète est beaucoup plus petite qu’il n’y paraît, que nos ressources sont beaucoup plus limitées qu’on ne le pense, que les dégradations s’accélèrent, que l’homme est quasiment devenu une force géologique à lui tout seul

Parce qu’il y a 30 ans, la réponse de nos sociétés à ces menaces était totalement dérisoire, il a voulu s’investir, à travers une fondation, pour mobiliser l’ensemble des acteurs de la société. Cet engagement a contribué à faire d’une question marginale, un enjeu de société…

1990 Création de la Fondation

Deux ans après les débuts sur TF1 de l’émission Ushuaïa (1989), Nicolas Hulot s’interroge sur la manière de mobiliser son public pour la sauvegarde de l’environnement, au sein d’une Fondation portant le nom de l’émission. Très vite, il réunit autour de lui un comité scientifique notamment composé de Paul-émile Victor, Théodore Monod, Jean Dorst, Yves Coppens, Jean-Loup Chrétien... Tous les programmes de la Fondation se fondèrent alors sur des méthodes favorisant les initiatives et les actions concrètes auprès du jeune public. La Fondation Ushuaïa fut ainsi officiellement créée le 15 décembre 1990.

1991 Inauguration des Missions-Découvertes

Avant même la création officielle de la Fondation, au cours de l’été 1990, deux groupes d’adolescents furent invités à rejoindre les équipes de tournage de Nicolas Hulot, en Guyane et dans le Grand Nord canadien. En 1991, ces voyages encadrés par des scientifiques, devinrent les Missions-Découverte dont les destinations, proches ou lointaines, furent sélectionnées sur le triple critère de la beauté des phénomènes naturels, de leur fragilité et de l’évidence des menaces mettant leur équilibre ou leur avenir en péril.

1993 création des clubs Fondation Ushuaïa

Afin de procurer un soutien pédagogique et scientifique aux membres d’associations, groupes d’élèves, ou particuliers qui la sollicitaient pour les accompagner dans les réalisations de leurs projets, la Fondation crée en 1993, les « Clubs » dont le statut prévoyait qu’ils ne durent que le temps de la réalisation du projet. Jusqu’en 1996, près de 400 Clubs se sont renouvelés chaque année, en France et dans le monde. Au total, plus de 25 000 jeunes et adultes se sont mobilisés pour réaliser un bon millier de projets.

1996 Fondation reconnue d’utilité publique

Le décret n° INT A 9600 196D du 1er août 1996, paru au Journal Officiel de la République Française le 6 août 1996, transforme la Fondation Ushuaïa, créée en décembre 1990, en Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme reconnue d’utilité publique. Elle devient ainsi la première, parmi les 400 fondations reconnues d’utilité publique existantes, à agir en faveur de l’éducation à l’environnement.

1997 Première campagne de mobilisation citoyenne

La Fondation démarre ses actions de mobilisation du grand public, en participant à l’opération « La mer n’est pas une poubelle » organisée par l’Aquarium de La Rochelle. La nécessité de sensibiliser un plus large public au respect des milieux marins incita la Fondation à étendre cette démarche à l’échelle nationale sous la bannière de SOS-Mer propre. Les grands acteurs socio- économiques du secteur maritime, les fédérations des sports nautiques, de nombreuses collectivités et associations du littoral, se sont joint à elle pour diffuser le message dans leurs domaines d’activités respectifs.

1999 campagne “Ma ville ça me regarde”

Sensibiliser les acteurs de terrain, tant scolaires que le grand public, aux problèmes écologiques liés à l’environnement urbain, telle était la vocation de cette campagne itinérante. Grâce à un bus à deux étages, aménagé pour accueillir des ateliers pédagogiques et des animations interactives, la Fondation est partie à la rencontre de plus de 40 000 personnes, dans plus de 100 villes de France.

2000 Faire émerger des idées nouvelles…

La Fondation créée le Comite de Veille Ecologique : parlement d’idées regroupant des scientifiques et experts pluridisciplinaire. En 2002, le CVE publie « Combien de catastrophes avant d’agir ? » un livre-manifeste née d’une conviction : l'environnement n'a pas, dans la vie politique française, la place qu'il devrait avoir…

2003 première campagne de communication institutionnelle

« Gros plan sur le sein d’une femme d’où s’écoule un lait pollué »... pour sa première campagne de communication, la Fondation frappe fort. Avec pour objectif de faire réagir le public à l’état de la planète, « mère nourricière » de l’humanité, la campagne d’affichage-choc imaginée par l’agence CLM BBDO a largement mobilisé les médias.

2004 ouverture de l’Ecole Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme

Véritable pôle d’éducation à l’environnement d’envergure nationale, cette « école » créée en partenariat avec la Fondation de France, a ouvert ses portes au Parc de Branféré, dans le Morbihan, le 24 avril 2004. Dédiée à l’éveil et au respect de la biodiversité, elle accueille les scolaires dans le cadre de « classe découverte », les jeunes (entre 8 et 15 ans) pour des séjours de vacances et le grand public pour des week-ends thématiques. Il s’agit de l’un des premiers bâtiments construits selon les normes de haute qualité environnementale (HQE).

2005 Le défi pour la Terre !

Pour inciter chacun à prendre conscience de son impact au quotidien, la Fondation s’associe avec l’ADEME et lance « Le défi pour la Terre ». La France découvre l’impact des pratiques du quotidien en matière d’alimentation, de mobilité, d’énergie… 900 000 citoyens s’engagent à faire évoluer leurs comportements.

2006 Le Pacte écologique

Lancé à quelques mois de l’élection présidentielle 2007, le Pacte écologique entend, au-delà des clivages politiques, interpeller tous les candidats pour faire de l’enjeu écologique la priorité de l’action publique, ouvrir le débat en proposant 10 objectifs et 5 propositions concrètes pour alimenter les programmes. Il est soutenu par 700 000 français et suivi du Grenelle de l’Environnement.

2006 Naissance du réseau des associations partenaires

La Fondation développe une nouvelle forme d’accompagnement avec des associations régionales, pour aller au-delà du seul soutien financier et afin de construire un partenariat sur la complémentarité des compétences et l’engagement à long terme.

2007 grenelle de l’Environnement Pour une citoyenneté active et créative

Au cours de l’été 2007, le processus du Grenelle de l’Environnement lancé par le président de la République, entre en action. La Fondation participe à de nombreux groupes de travail pour y défendre 6 mesures : une contribution climat-énergie, construire une économie de fonctionnalité, organiser le transfert d’une part des subventions agricoles européennes vers l’agriculture de qualité via la restauration collective, établir un réseau écologique national, mettre l’environnement au cœur de la gouvernance, lancer une grande politique d’éducation, de formation et de sensibilisation à l’écologie et au développement durable.

2008 pacte écologique municipal

A l’occasion des élections municipales de mars 2008, la Fondation choisit de s’adresser aux électeurs en les invitant à engager le dialogue avec les candidats, à l’aide du Guide de l’éco-électeur.

2008 campagne “des fraises au printemps”

Nos choix de consommation ont un impact direct sur l’agriculture, la santé, l’environnement, le tissu social... Pour expliquer ces liens essentiels et donner les clés pour bien se nourrir dans le respect des hommes et de la nature, la Fondation lance en octobre l’opération grand public « Des fraises au printemps ».

2009 Nouveau positionnement avec “Evolution : chapitre 2”

Face à un carrefour de crises sans précédent, la Fondation Nicolas Hulot pense que l’on ne peut plus se contenter de changements à la marge. Le temps est venu de se donner le choix d’inventer une autre manière de vivre ensemble. Un nouveau chapitre de l’histoire de notre évolution est à ouvrir. Pour apporter sa contribution, la Fondation Nicolas Hulot lance Evolution : Chapitre 2.

2010 J’agis pour la nature

Pour démocratiser le bénévolat nature et donner à chaque citoyen la possibilité d’agir au contact de la biodiversité, la Fondation créé la plateforme J’agis pour la Nature. Depuis 10 ans, J’agis pour la Nature met en lien 850 structures répartis sur toute la France avec des bénévoles désireux de préserver la faune et la flore, de réhabiliter des écosystèmes…

2010 Lancement du coach carbone®

Dans la continuité du Défi pour la Terre, l’ADEME et la Fondation lancent le Coach Carbone® : un outil innovant de mesure des émissions de C02 des ménages et d’aide à la décision, pour participer concrètement au défi de réduction par 4 des émissions de GES d’ici 2050.

2010 Nomination au conseil économique, social et environnemental (cEsE)

Suite au Grenelle de l’Environnement, une réforme du Conseil économique et social (CES) a été engagée, notamment afin d’intégrer la dimension environnementale dans les compétences et les membres de cette institution. La composition du CESE a ainsi été profondément réformée. Sur les 233 conseillers, 33 sont désormais membres ‘’au titre de la protection de la nature et de l’environnement’’. La Fondation compte 2 représentants au sein de cette 3e assemblée constitutionnelle.

2013 Naissance du think-tank de la transition écologique

Après plus de 20 ans d’échanges et de travaux avec le monde scientifique, la Fondation officialise son activité de Think tank le 31 janvier, forte d’un conseil scientifique d’une quarantaine d’universitaires et d’experts reconnus.

2015 COP 21… Osons !

A travers un manifeste, une pétition signée par plus de 660 000 personnes et une vidéo réalisée avec de jeunes talents du web français (10 millions de vues), la FNH offre à la société civile une caisse de résonance pour interpeller les décideurs du monde entier réunis au Bourget pour la COP21. Avec My Positive Impact, elle soutient et valorise 100 solutions pour le climat.

2016 Mon Restau Responsable

Démarche innovante, basée sur une garantie participative, Mon Restau Responsable accompagne tous les restaurants collectifs vers une évolution de leurs pratiques : qualité des repas, bien-être sur le lieu de restauration, bonnes pratiques, participation au dynamisme social et territorial. Plus de 1500 restaurants collectifs sont déjà engagés.

2017 Génération Climat

Pour donner aux 15-35 ans, l’envie et les moyens de s’engager pour le climat, la Fondation s’associe au Forum des Organisations de Solidarité Internationale Issues des Migrations (FORIM) pour lancer « Génération Climat ». S’appuyant sur un réseau d’acteurs relais partout en France, ce programme propose un parcours d’engagement fait de journées d’information pour comprendre les impacts du dérèglement climatique sur l’agriculture, l’énergie, la gestion des déchets et la déforestation ; mais aussi des forums de rencontres, des ateliers d’accompagnement à la structuration de projets de terrain, jusqu’à des dispositifs pour les financer.

2018 L’affaire du siècle

Le 17 décembre, avec trois autres organisations, la FNH tente une nouvelle forme d’action : un recours juridique contre l’Etat français pour inaction climatique, soutenu en quelques jours par 2,2 millions de personnes.

2019 Le Pacte du pouvoir de vivre

Parce qu’il est indispensable de porter conjointement la convergence de l’écologie et du social, la FNH s’est associée à des organisations de tous horizons – ONG environnementales, syndicats, associations de solidarités, mutuelles – pour créer Le Pacte du Pouvoir de Vivre. Depuis mars 2019, elles portent conjointement, partout où elles sont représentées, des propositions communes permettant à la fois de lutter contre le dérèglement climatique, enrayer l’érosion de la biodiversité, améliorer le quotidien des citoyens, les pratiques démocratiques et la participation citoyenne, de remettre l’exigence de solidarité et d’égalité au cœur de l’économie, et de construire une société plus juste et solidaire..

2020 Le Temps est venu

Alors que la planète est enlisée dans la pandémie mondiale du Covid 19- Nicolas lance « Le temps est venu » : 100 principes pour amener chacun et chacune à opérer une « révolution des consciences ». Une invitation à s’interroger sur l’horizon commun que nous souhaitons collectivement dresser pour s’extraire d’une dynamique qui nous échappe et d'un système qui conduit dans une impasse.