Propositions

Interdiction des pesticides néonicotinoïdes dès 2017 : un essai à transformer à l’Assemblée Nationale à partir du 15 mars

Publié le 09 mars 2016 , mis à jour le 23 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Cette nuit, dans le cadre de la loi pour la reconquête de la biodiversité, les députés membres de la commission développement durable de l’Assemblée Nationale se sont prononcés en faveur de l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes à partir du 1er janvier 2017. La Fondation Nicolas Hulot salue la voie ouverte par la commission et appelle tous les députés à prendre également leur responsabilité en soutenant cette interdiction en séance à partir du 15 mars.

Ces produits destructeurs de biodiversité (dans certaines régions, près de trois quarts des essaims d’abeilles domestiques ont disparu) et vraisemblablement toxiques pour l’homme, représentent 40% des ventes d’insecticides en France. Il est urgent d’agir d’autant que des alternatives sont aujourd’hui disponibles.

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Oui, les alternatives techniques aux néonicotinoïdes existent.
Interdisons les pesticides néonicotinoïdes