Communiqué de presse

La Fondation pour la Nature et l'Homme et Interbev s’unissent contre le CETA

Publié le 08 février 2017 , mis à jour le 25 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Le 15 février prochain, les députés européens prendront une décision cruciale quant à l’adoption du CETA. A 10 jours de cette échéance, la Fondation pour la Nature et l'Homme et Interbev réaffirment leur refus de cet accord de libre-échange entre l’Europe et le Canada à travers une lettre ouverte aux candidats à l'élection présidentielle.
Si le CETA venait à être voté, il ouvrirait la porte à plusieurs dizaines de milliers de tonnes de viandes issues d’animaux engraissés au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farine animales et remettrait en question notre principe de précaution et les réglementations actuelles. Un modèle à l'opposé de celui que nous défendons basé sur un mode de production français respectueux des écosystèmes, du travail des éleveurs et offrant une alimentation saine et de qualité.
Cette lettre ouverte est un appel de la dernière chance envoyé aux candidats à la présidentielle afin qu’ils demandent le refus du CETA par les députés et qu’ils reviennent sur cet accord au cours des 6 premiers mois de leur quinquennat.

Pour aller plus loin

Télécharger (format pdf - 47 Ko)

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Loi Climat et résilience : la rénovation énergétique attendra elle aussi
Un règlement européen pour contrer les dérives de la mondialisation
Réduction des Pesticides: 1% des financements publics est réellement efficace