Communiqué de presse

Loi biodiversité : Le Sénat préfère les pesticides aux abeilles !

Publié le 22 janvier 2016 , mis à jour le 19 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Lors de l’examen en séance de la loi pour la reconquête de la biodiversité, les sénateurs ont voté à une large majorité contre l'interdiction de l’usage des pesticides néonicotinoïdes pour enrober les semences au 1er septembre 2017 malgré les recommandations de l’ANSES et un avis favorable du gouvernement.

La Fondation Nicolas Hulot dénonce l’irresponsabilité du Sénat, seul à ignorer les études qui se succèdent pour souligner les effets dévastateurs des pesticides néonicotinoïdes pour les populations d’abeilles et autres pollinisateurs tout comme pour les espèces non-cibles.

Leur interdiction est d’autant plus pressante que des études scientifiques soupçonnent aujourd'hui l’existence d’impacts sur le développement humain. 

Plus de 120 000 personnes s’étaient associées à la Fondation Nicolas Hulot et à ses partenaires pour demander une telle interdiction.  Nous espérons que les députés prendront à nouveau leurs responsabilités lors de la suite du processus législatif. Rappelons, qu’en première lecture, ils avaient eux-mêmes introduit dans la loi pour la reconquête de la biodiversité, un moratoire plus strict encore qui avait été supprimé en commission au Sénat.

Loi biodiversité : Le Sénat préfère les pesticides aux abeilles !

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Loi Biodiversité : le Sénat peut améliorer la loi
Loi biodiversité : l’assemblée nationale vote une interdiction de tous les néonicotinoïdes en 2018. Un grand pas vers la sauvegarde des abeilles … à suivre
Néonicotinoïdes : soulagée du maintien de l’interdiction en 2018, la FNH regrette l’introduction de possibles dérogations