Communiqué de presse

Loi mobilité au Sénat jusqu’au 2 avril 3 principes doivent guider les Sénateurs pour rehausser un texte trop faible : prévisibilité, progressivité et irréversibilité

Publié le 19 mars 2019 , mis à jour le 25 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

En se mobilisant massivement samedi 16 mars, 350 000 citoyens, parmi lesquels des gilets jaunes, ont exprimé une attente claire : que l’Etat agisse concrètement et fermement en faveur du climat et de la justice sociale… et quoi de plus emblématique que le grand chantier de nos modes de transports, qui dominé par le routier et les carburants fossiles, émet 30 % des émissions de GES de la France ? Le débat sur la Loi d’orientation des mobilités, qui s’ouvre au Sénat ce mardi 19 mars, est donc une étape clé. Mais en l’état, le compte n’y est pas. La loi Mobilité (LOM) se présente comme une « boîte à outils » sans cap alors même qu’il s’agit bien de faire preuve de prévisibilité pour accompagner de manière progressive le déploiement des véhicules à faibles émissions, la modernisation du ferroviaire, le renforcement des transports en commun et du réseau cyclable…

Pour aller plus loin

Télécharger (format pdf - 1 003 Ko)

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Loi Climat et résilience : la rénovation énergétique attendra elle aussi
Un règlement européen pour contrer les dérives de la mondialisation
Réduction des Pesticides: 1% des financements publics est réellement efficace