Communiqué de presse

Loi Mobilité : pourquoi est-il indispensable d'inscrire dans la loi la fin de la vente des voitures diesel et essence en 2030 ?

Publié le 26 novembre 2018 , mis à jour le 01 décembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Réduire drastiquement l’impact environnemental de nos déplacements est devenu un des premiers défis à relever pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Alors que le secteur des transports, dominé par le routier et les carburants fossiles, émet 30 % des émissions de GES de la France (138MtCO2 en 2017), d’ici 2050 il faudra pouvoir comptabiliser 0 émission nette pour limiter le réchauffement à 1,5°C.

C’est le sens de la loi dite d’«orientation » des mobilités, qui sera débattue au Parlement au premier semestre 2019. Même si de bonnes mesures sont déjà inscrites dans le texte à l’instar de la généralisation des zones à faibles émissions dans les grandes villes françaises d’ici 2025, le soutien aux voitures électriques, mais aussi aux vélos et aux transports en commun, il ne peut pas être une simple “boîte à outils”.

Télécharger le communiqué de presse

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

La loi Mobilité amorce le virage mais ne va pas assez loin, pas assez vite
Loi mobilité : que faut-il en retenir?
Après 30 ans d’attente, La loi mobilité tiendra t-elle ses promesses ?