Action terrain

Naomi, lauréate 2019 du dispositif Agir à l’international de Génération Climat.

Publié le 03 novembre 2020 , mis à jour le 04 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

D’origine franco-bénino-colombienne, Naomi, 26 ans, souhaite participer à lutter contre les conditions de vie précaires d’une population vivant dans un environnement dégradé.

Prête à prendre une toute autre voie que celle à laquelle son parcours la prédestinait, elle se lance dans la lutte contre la prolifération des déchets au Bénin. « Je me suis rendu compte que mes études me menaient vers des postes où je ne voyais pas mon impact positif pour la société», analyse la jeune femme. Elle crée donc l’association Gbobeto, avec la volonté de rendre Porto-Novo plus durable et plus active face à ce fléau.

Fascinée par les possibilités qu’offrent de nouveaux modèles de développement, elle rencontre, lors de son stage de fin d’études en Colombie, un entrepreneur qui fabrique des maisons en kit à partir de déchets plastiques. « J’ai trouvé géniale cette idée de transformer les déchets en ressources et de lier environnemental et social », raconte Naomi.
Lui vient alors l’idée de transformer les déchets organiques des habitant·e·s de Porto-Novo en une ressource utile à la population : une matière première transformable et réutilisable sous forme de briquettes combustibles. Selon elle, « la prolifération des déchets est la plus importante problématique urbaine mais également une ressource potentielle que l’on peut placer au service d’un nouveau modèle de développement qui est générateur d’emplois, d’utilité sociale et plus respectueux de l’environnement ».

Grâce au financement du programme Génération Climat de la Fondation, le projet Gbobéto, qui signifie littéralement « ramasseurs d’ordures », voit le jour en 2019.

La détermination et le travail acharné de Naomi, font déjà de l’association Gbobéto une référence en termes de sensibilisation de la population aux enjeux de la pollution urbaine et du dérèglement climatique. Grâce à elle, les habitant·e·s sont maintenant incité·e·s à faire le tri de leurs déchets et à participer directement à l’amélioration de leur cadre de vie.

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Les centres de soins de la faune sauvage tirent la sonnette d’alarme
Sébastien Vincent, chef de cuisine API Restauration
Christophe Chaumon, technicien territorial