Propositions

NDDL : les seuls travaux qui doivent reprendre sont ceux (retardés) pour une vraie démocratie participative

Publié le 26 janvier 2016 , mis à jour le 19 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Hier la justice a confirmé l'expulsion d'opposants historiques à Notre-Dame-des-Landes. C'est regrettable d'en arriver là sans que l'Etat ait diligenté une nouvelle étude indépendante et sérieuse des alternatives au nouvel aéroport et justifié de sa cohérence avec nos objectifs climatiques. Plutôt que de mener des procès, révisons les procédures pour améliorer la participation du public à l'aménagement du territoire ! 

C'était l'esprit de la Commission pour la démocratisation du dialogue environnemental lancée il y a un an en réponse au drame de Sivens. Cette commission a repris un certain nombre de propositions de la Fondation Nicolas Hulot, notamment l'idée d’un droit d’initiative citoyenne qui permettrait de demander sur pétition la tenue d'un vrai débat public et une expertise indépendante lors de projets contestés.

Mais alors qu'elle a rendue ses conclusions en juin, les textes juridiques qui permettront à la réforme d'aboutir se font attendre ! Pourtant l'urgence est là, les seuls travaux qui doivent reprendre sont ceux pour une vraie démocratie participative !

 

NDDL et democratie participative

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Notre-Dame-des-Landes : un projet auquel il va "falloir renoncer"
Remettre le citoyen au coeur de la décision par la démocratie écologique
Vidéo : Pourquoi et comment aller vers une démocratie participative ?