Propositions

Osons avancer sur le prix du carbone par Nicolas Hulot et Alain Grandjean

Publié le 06 novembre 2015 , mis à jour le 13 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Chaque vendredi, Les Echos consacrent un dossier aux enjeux de la conférence climat (COP 21) qui se tiendra à la fin de l’année à Paris. Dans celui du 6 novembre sur « La séquestration du carbone », Nicolas Hulot et Alain Grandjean (économiste, membre du Conseil scientifique de la FNH) appellent à la mise en place d’un club de pays engagés sur le prix du carbone.

Texte de la tribune «  Prix du carbone : à l’aube de grandes avancées » - les Echos - 06/11/15

Osons faire du prix du carbone un incontournable de l’accord de Paris

 



"L’introduction d’un signal prix carbone est une condition absolument nécessaire pour que les décisions des agents économiques tiennent compte de leurs émissions de gaz à effet de serre et agissent pour les réduire. Aujourd’hui, 12% des émissions mondiales de GES sont couvertes par des systèmes de taxes carbone ou de marchés de quotas, et une quarantaine de pays ont mis ou prévoient de mettre en place de tels systèmes avec des niveaux de prix différents. En 2017, la Chine finalisera ainsi l’instauration du plus gros marché du carbone au monde. Tous les pays devraient instaurer de tels mécanismes, dans une logique de « corridor carbone » : un prix du carbone variable en fonction de leur situation économique  mais croissant avec le temps ; par exemple autour d’un prix moyen 30 $/TéqCO2 en 2020 à 70 $/TéqCO2 en 2030.
Les appels dans ce sens se multiplient : de la constitution du « Carbon Pricing Panel », une Alliance internationale de chefs d’Etat, d’organisations et d’entreprises, jusqu’à la déclaration France/Chine. Nous espérons que la déclaration à l’issue du G20 progresse dans cette voie. Et c’est à Paris, dans le préambule de l’accord, qu’il faudra négocier pour faire figurer noir sur blanc la recommandation de mettre en place un prix du carbone. Cela parait possible si l’on ne tombe pas dans le piège de vouloir inscrire un dispositif précis ou un prix unique.
Dans le même temps, en marge de l’accord onusien, toujours plus d’Etats pourront s’engager volontairement sur un corridor carbone.

Osons faire du prix du carbone un incontournable de l’accord de Paris."

Retrouvez cette tribune sur le site des Echos

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

La réhabilitation des terres, une des solutions au réchauffement climatique par Nicolas Hulot et Monique Barbut
Le Brésil tiendra t-il ses engagements climat par Nicolas Hulot et Marc Dufumier
Quand les acteurs financiers intègrent les enjeux climatiques par Alain Granjean et Nicolas Hulot