Les projets soutenus

Permacooltour : 10 jeunes font un tour de France des écolieux inspirés de la permaculture

Publié le 02 juin 2021 , mis à jour le 03 juin 2021

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Permaculteurs aguerris ou en devenir, Kevin, Alexis, Lisa, Kamil, Timothée et Léna ont enfourché leur vélo, le sac à dos rempli de leur caméra, micro et carnet de notes , pour se lancer dans un tour de France insolite. L’objectif : tracer une carte des écolieux où des gens inspirés cultivent un avenir écologique, équitable et autonome. Des étapes et des rencontres relayées tout au long de cette épopée sous forme de podcast, carnet de voyage, ou série documentaire.

Le projet Permacooltour est lauréat de Génération Climat, le programme créé par la FNH et le Forim pour soutenir et accompagner les jeunes qui souhaitent devenir des acteurs du changement.

La permaculture : plus que du jardinage, une philosophie de vie

À bonne école durant 5 ans, Alexis s’est formé à l’écologie et plus particulièrement à la permaculture, chez Les Jardins Respectueux, l'association charentaise de jardins pédagogiques où Kevin vient aussi en 2017 faire son service civique.

C’est le mythe mélanésien de l’île du Vanuatu « l’arbre ou la pirogue » qui crée le déclic du permacooltour

Ce mythe amène l’homme à chercher son équilibre entre l’enracinement (l’arbre) et le voyage (la pirogue) afin de trouver sa voie et de construire son propre chemin. Fruit d’une réflexion commune, une même quête élargit leur horizon. L’un et l’autre sont prêts pour ce voyage initiatique : ce sera un tour de France et de Belgique à la découverte des écolieux dédiés à la permaculture. À travers cette odyssée, ils veulent raconter l’histoire du changement de cap nécessaire, celui que des milliers d’hommes et de femmes inventent déjà chaque jour dans le respect des autres et de la nature.

En 2020, ralliés dans leur initiative par d’autres permacurieux de 20 à 30 ans, l’épopée devient l’aventure d’une dizaine de jeunes dynamiques, optimistes, et amoureux de la vie. Prêts à se retrousser les manches pour cultiver un avenir écologique et équitable, ils débordent d’énergie et d’une indéfectible motivation. Pour eux le monde de demain sera heureux s’il se décline selon les principes simples de la sobriété et du partage équitable des ressources.

Le permacooltour, un projet humaniste

Ils sont tout à la fois : infatigables et enthousiastes green trotters, ils mettent aussi bien les mains dans la terre, les uns faisant l’expérience du Wwoofing dans des fermes biologiques contre le gîte et le couvert, que dans le pétrin pour apprendre les secrets du pain avec Arnaud le boulanger du hameau des buis. Chaque expérience vécue met en lumière des chemins de vie alternatifs : celui de communautés qui cultivent le lâcher prise ou celui de Louise, 70 ans, bâtisseuse de yourtes. Chaque podcast donne la parole à des artisans de tous horizons, chaque séquence de la série documentaire met un coup de projecteur sur leurs rencontres avec des personnages inspirants dont la vie et les activités s’inscrivent dans les domaines de la fleur1 de la permaculture.

Un contenu riche et fertile, puisqu’à ce jour une quarantaine d’écolieux ont donné matière à des reportages audio, une vingtaine de podcasts, autant de documents photo et vidéo diffusés sur leur site, dans le blog de Wwoof France, le Colibri Magazine et sur les réseaux sociaux. C’est, pour tous les internautes qui les suivent, un apprentissage permanent du monde que la permaculture inspire.

© Permacooltour

La transmission de valeurs et des clés pour agir

Tout au long de leur voyage, les permacoolteurs font la promotion des pratiques soutenables et de solutions durables. Des ateliers pédagogiques leur permettent d’animer une réflexion et une introduction à la permaculture sur place, dans des villages, dans des écoles, sur des chantiers participatifs pour contribuer concrètement au développement des projets visités, des cercles de paroles qu’ils organisent, les lieux de vie alternatifs et les oasis qui les accueillent.

L’économie de la Graine

En toute cohérence avec un chemin cultivant l’autonomie et la résilience, ils compensent leurs émissions carbone en plantant des arbres dans les écolieux, pratiquent la mobilité douce, minimisent le poids de leur site web (fichiers et photos compressés, référencement optimal) et adoptent « l’économie de la graine ». Ce système, démonétisé et basé sur l’échange des semences comme fondement du modèle économique d’une communauté, redonne à un bien ou un service la valeur que lui confère son usage et non sa possession. Dans cet esprit de troc, ils assurent leur subsistance moyennant participation à des travaux, animation de chantiers, cueillette, valorisation d’invendus alimentaires et, grâce au soutien de Kokopelli, participent à la sauvegarde du patrimoine génétique de semences anciennes via une banque de graines itinérantes.

On ne gagne que le temps perdu en chemin…

Aujourd’hui, chaque coup de pédale rapproche les permacoolteurs de leur futur projet : agir pour la transformation sociale et créer leur propre projet écologique, un écolieu de grande envergure reprenant les préceptes de la permaculture, florilège de toutes les initiatives locales et solutions exemplaires de résilience mises en œuvre par les artisans de la transition qu’ils découvrent et visitent chaque jour…

Crédits photo : Permacooltour

Sources

  1. « La fleur permaculturelle », un doux nom pour dessiner l’image des 7 pétales figurant les grands principes de conception d’un parcours permaculturel : santé et bien-être, soins à la nature et à la terre, habitat, outil et technologies, enseignement et culture, finance et économie, foncier et gouvernance. Au cœur de ce système, l’éthique et la durabilité comme perspective globale depuis la réalisation personnelle jusqu’à l’action collective dans tous les domaines d’application.

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

La permaculture pour accompagner la transition agro-écologique au Sénégal
Bakel-Écocitoyenneté plante des arbres pour freiner l’avancée du désert
Agriculture bio, permaculture, agroécologie… Quelles différences ?