Communiqué de presse

Plan anti-pollution de l’air : Des avancées certaines mais les 2 orientations majeures pour sortir du tout routier manquent encore à l’appel

Publié le 20 juillet 2018 , mis à jour le 25 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Nicolas Hulot et Elisabeth Borne présentaient ce matin leurs mesures pour retrouver un air sain et préserver la santé des citoyens. La Fondation pour la Nature et l’Homme salue la volonté et la démarche de progrès amorcée, mais certaines orientations majeures manquent à l’appel

La FNH salue notamment le déploiement des zones à faibles émissions qui seront mises en place en priorité pour les 15 territoires visés par le contentieux européen. Elle appelle maintenant le gouvernement à confirmer l’essai dans les prochains mois pour que les mesures soient généralisées et que les moyens financiers soient précisés. Cependant, certaines orientations majeures manquent à l’appel. Si le plan vélo doit être annoncé en septembre, le ferroviaire reste le grand absent. Pas un mot sur la modernisation du train ou le plan fret… et la fin du tout voiture. Un volet pourtant essentiel pour lutter contre la pollution de l’air.

Décryptage des mesures essentielles

1. Déploiement des zones à faibles émissions : un premier engagement à inscrire dans la loi Mobilités pour une généralisation d'ici 2020. Cette mesure impose la généralisation des zones à faibles émissions dans toutes les villes concernées par un Plan de Protection de l'Atmosphère et l'exclusion progressive des véhicules diesel puis essence d'ici 2025. Pour lutter contre la pollution de l’air, nous avons en effet besoin d’engagement à tous les niveaux, Etats, régions, agglomérations, villes. La loi d’orientation des Mobilités devra ensuite conforter le rôle de chacun, et en particulier celui des autorités organisatrices de la mobilité (AOM). Celles-ci devront avoir les moyens de répondre à des objectifs d’amélioration de la qualité de l’air et de réduction des émissions de GES.

2. Le soutien à la filière automobile et aux véhicules faibles émissions : il faudra concrétiser l’engagement de sortie des carburants fossiles par l’arrêt des subventions aux diesels. Le succès de la prime à la conversion existante témoigne de la capacité du gouvernement à agir lorsqu’il met les moyens. Allons plus loin et faisons de cette prime une vraie mesure écologique. Il ne faut plus subventionner de diesel neufs dès 2019, ni d’essence à partir de 2020. C’est la priorité N°1 pour concrétiser le cap 2040 et la fin de la vente des véhicules thermiques. La FNH attend des mesures en ce sens dans le projet de loi de finance 2019 qui sera présenté à l’automne.

3. Lancement du 4e appel à projet pour les transports en commun en site propre : la FNH rappelle que le montant nécessaire est de 1 milliards d’euros.

4. Le plan vélo : le nouveau report de cette annonce consiste-t-il à reculer pour mieux sauter, ou est-ce un aveu d’impuissance à lancer des politiques innovantes ? En attendant septembre, et l’heure de vérité, la FNH rappelle les composantes indispensables du Plan vélo : un fonds vélo de 200 millions d’euros par an, la généralisation et revalorisation de l’indemnité kilométrique vélo, et la remise sur pied de l’aide à l’achat de vélos électriques (bonus VAE).

5. Le fret ferroviaire : grand absent du plan antipollution comme du plan climat. Les mesures annoncées misent sur la conversion des flottes de poids lourds, sans envisager la réduction ni même la maîtrise du trafic routier. Or, la lutte contre la pollution de l’air est indissociablement liée à la réduction du trafic routier, et donc au redéploiement des alternatives.

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

15 territoires s'engagent contre la pollution de l'air : une première étape vers la fin du tout-voiture
Pollution atmosphérique le gouvernement doit acter des mesures à la hauteur !
Pollution de l’air : la FNH demande des mesures applicable dès 2017