Communiqué de presse

Plan “France 2030” : Réaction de la Fondation Nicolas Hulot

Publié le 12 octobre 2021

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Avion vert, réacteurs nucléaires SMR, robotisation de l’agriculture... : avec son plan d’investissement de 30 milliards d’euros présenté ce matin, le Président de la République cède un peu plus au mirage du “tout technologique" supposé résoudre, comme par magie, les crises écologiques. Malgré certains objectifs annoncés par le Président de la République de réindustrialisation et de relocalisation des emplois, sa stratégie productive fait l’impasse sur la nécessaire sobriété. Elle est pourtant indispensable à l’atteinte des objectifs climat et un élément clé de la réussite de la transition écologique. 

 

En investissant 1 milliards d’euros d’argent public sur l’énergie nucléaire et seulement 500 millions sur les énergies renouvelables, le Président fait un choix technologique à rebours de la tendance mondiale, qui est aujourd’hui largement favorable aux renouvelables. Par ailleurs, en misant sur les réacteurs SMR prévus pour remplacer des centrales aux énergies fossiles dans d’autres pays, le discours s’apparente à un dangereux mirage : cette technologie présentée comme une solution sera d’une part très chère et d’autre part pas prête avant 2035. Si l’objectif est de remplacer à terme les centrales à charbon partout dans le monde, ces réacteurs arriveraient donc à maturité beaucoup trop tard pour organiser la sortie des énergies fossiles suffisamment rapidement pour atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris.

La Fondation Nicolas Hulot, regrette que le Président de la République ait fait l’impasse sur la sobriété dans ce nouveau plan d’investissement. La sobriété, c'est-à-dire la capacité à réduire et maîtriser les consommations d’énergie et de ressources, est pourtant indispensable à l’atteinte de nos objectifs climat. Il sera nécessaire de faire mieux avec moins, de diviser les consommations d'énergie par deux d’ici 2050, pour reprendre le contrôle sur notre approvisionnement énergétique. Cette sobriété sera aussi la clé de la compétitivité dans l’industrie de demain.

Enfin, notons quand même certaines annonces utiles comme celles annonçant le soutien à nouvelle usine de batteries, le développement de bornes de recharges, le soutien à la formation aux reconversions professionnelles. La FNH attend maintenant que ces quelques  investissements positifs soient engagés dès 2022 (parmi les 4 milliards annoncés par le Président pour janvier 2022) et qu’ils ne soient pas que des promesses de campagne.

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Plan France-relance : historique par son montant mais miné par trop d’incohérences
Automobile: notre scénario pour une transition juste 
Plan de relance : 5 conditions pour réussir et 3 secteurs clés à réguler