Communiqué de presse

Pour la Fondation Nicolas Hulot comme pour les députés : "Pas de CETA sans vrai débat"

Publié le 03 février 2017 , mis à jour le 25 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

A quelques jours du vote au parlement européen sur le CETA, prévu le 15 février, et d'une possible entrée en vigueur provisoire le 1er mars, la Fondation Nicolas Hulot se félicite de la résolution adoptée hier par l’Assemblée Nationale.  La FNH demande au gouvernement français de suivre les recommandations des parlementaires en saisissant la cour de justice de l’Union Européenne pour vérifier la comptabilité du CETA avec le droit de l’UE. La FNH s’associe également aux députés pour demander au gouvernement de s’opposer à une entrée en vigueur provisoire du CETA tant que le CETA n’aura pas été ratifié par la France après un réel débat démocratique. La Fondation Nicolas Hulot rappelle son opposition à l’accord actuel qui constitue un risque majeur pour notre économie, notre santé et notre environnement alors même que le CETA peut encore devenir le premier accord de commerce capable d’accélérer la transition écologique, notamment le développement d’agricultures durables et la mise en oeuvre de l’Accord de Paris, plutôt que de la menacer.    

Pour aller plus loin

Télécharger (format pdf - 57 Ko)

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Audience de l’Affaire du Siècle : un pas de plus vers une victoire historique pour le climat
Loi Climat : Les parlementaires doivent améliorer avec ambition le texte sur la rénovation énergétique !
Convention Citoyenne : les conditions pour une véritable réforme de la Constitution