Propositions

Pourquoi contenir le réchauffement climatique à +1,5°C est-il indispensable ?

Publié le 05 octobre 2018 , mis à jour le 17 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Décryptage du nouveau rapport du GIEC : Les scientifiques du GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur le climat) rendent ce week-end un nouveau rapport très attendu. Demandé par l'ONU suite aux accords de la COP 21 qui s'est tenue à Paris en 2015, il se concentre sur les impacts et bénéfices d'un réchauffement climatique contenu à +1,5C°, les conditions et les solutions à mettre en place par tous les pays du monde pour y parvenir.

+1,1 C° de réchauffement climatique depuis 1850 et des conséquences déjà visibles

Sécheresse

Alors que la planète s'est déjà réchauffée de +1,1 C° depuis le début de l'ère industrielle (1850) et que les impacts se font déjà cruellement sentir, les engagements pris en 2015 par l'ensemble des pays réunis à Paris nous conduise à un réchauffement climatique de 3°C ou plus. Les conséquences ? Un été sur deux pourrait être aussi caniculaire et meurtrier qu'en 2013 avec des températures estivales pouvant dépasser les 50 C° en France, une hausse du niveau de la mer de 1 mètre, 48% des espèces animales et végétales menacées…

Il y a donc urgence à combler le fossé gigantesque qui persiste entre ce qu'il faudrait faire pour rester en- dessous de la limite de + 1,5°C et ce que les pays font réellement aujourd'hui.

Les émissions de gaz à effet de serre doivent décroitre dès 2020 pour atteindre une neutralité carbone en 2050

Ce rapport sonne comme l'alerte de la dernière chance : les 5 prochaines années seront déterminantes sous peine d'un emballement climatique irréversible. Les émissions mondiales doivent commencer à décroître pas plus tard que 2020.

En 2050, voici quelques exemples de ce qui doit avoir changé dans le monde :

  • Plus aucun véhicule diesel-essence en circulation,
  • Les milliers de centrales au gaz ou au charbon doivent avoir été fermées (pour le charbon bien plus tôt que 2050),
  • L'énergie consommée doit être 100% renouvelable,
  • Plus d'avions carburant au pétrole,
  • Le modèle agricole et alimentaire doit être relocalisé, écologique et anti-gaspi.

Quelles sont les solutions à notre portée pour relever le défi ?

 

 

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Réforme de la Constitution : une avancée nécessaire, mais pas suffisante pour réduire l’empreinte carbone de la France
Le Parlement vote la réautorisation des pesticides néonicotinoïdes, un recul historique
Feu vert de l'Assemblée Nationale pour le retour des néonicotinoïdes