Décryptage

Quelle crème solaire choisir pour respecter les océans ?

Publié le 08 juillet 2021

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Environ 25 000 tonnes de crème solaire seraient déversées dans la mer chaque année... Les impacts sur les coraux et les écosystèmes marins ont été largement démontrés, mais ce n’est pas tout : certains composés chimiques présents dans les protecteurs solaires sont aussi considérés comme dangereux pour l’être humain… Comment protéger votre peau cet été tout en préservant la vie marine et votre santé ? On fait le point.

Appliquer de la crème solaire est indispensable pour se protéger des méfaits du soleil, mais malheureusement, les substances chimiques qui la composent se retrouvent dans la mer au moment de la baignade. Et si vous lézardez au soleil sans mettre un orteil dans l’eau, le résultat est le même : dispersés dans l’air par les aérosols, les substances chimiques imprègnent le sable et se déversent dans le fond des océans… Parmi les conséquences sur l’écosystème marin : la destruction de la zooxanthelle, une micro algue qui vit en symbiose avec le corail et lui permet de réaliser la photosynthèse pour se nourrir. C’est également cette algue qui donne la couleur au corail. L’équation est simple : sans zooxanthelle, le corail ne peut plus se nourrir, devient blanc et meure...

0,8 litre/seconde
de crème solaire sont déversés dans les océans 1
25%
de la vie marine dépend des récifs coralliens
10%
des récifs coralliens mondiaux seraient menacés par les filtres solaires

Si la crème solaire idéale n’existe pas, voici quelques conseils pour limiter son impact

1- Lisez les étiquettes : certaines substances sont à proscrire !

Voici quelques composants chimiques souvent présents dans ces produits à éviter tant pour leur impact sur la santé humaine (perturbateurs endocriniens), que sur les écosystèmes marins :

  • L’ethylhexyl methoxycinnamate.
  • Le 4-methylbenzylidene camphre (4-MBC).
  • Le benzophenone-3 (ou oxybenzone), l’homosalate et le butylparaben.
  • L’octocrylène : cette substance est bioaccumulable (qui s’accumule dans les organismes vivants), non biodégradable et toxique pour le milieu aquatique, mais aussi pour notre santé car elle se transforme en benzophénone, un composé génotoxique, cancérigène et perturbateur endocrinien2.
Le saviez-vous ?

En 2018, Hawaii a interdit les crèmes solaires avec de l’octinoxate et de l’oxybenzone, soit au moins 70 % des crèmes solaires actuellement sur le marché.

2- Optez pour des filtres minéraux et le label bio

Pour remplacer les filtres UV chimiques, il existe des filtres minéraux : le dioxyde de titane et le dioxyde de zinc. Cependant, il faut savoir que ces filtres peuvent contenir des nanoparticules pour éviter le voile blanc sur la peau et donner plus de fluidité. Ces particules de taille microscopique sont suspectées de traverser la barrière de la peau et d’arriver ainsi jusqu’à notre organisme. Les risques sur la santé et l’environnement font encore débat.

Depuis 2013, la mention « nano » à côté de l’ingrédient en question est obligatoire. A noter néanmoins que le label COSMEBIO (label bio pour les produits cosmétiques) favorise le principe de précaution et interdit l’allégation « sans nanoparticules ». Pourquoi ? Le label considère qu’à ce jour aucune définition claire ni aucun référentiel ont été établis pour définir la taille d’une particule nano. Certaines marques font en sorte d’enrober les particules ou de les agréger entre elles pour ainsi augmenter leur taille et éviter qu’elles pénètrent dans notre organisme.

Pour bien choisir votre crème, n’hésitez pas à consulter les tests approfondis réalisés par certaines associations de consommateurs.

3- Attention aux crèmes faites maison !

Les recettes proposées sur internet peuvent ne pas être suffisamment performantes en termes de protection : les ingrédients utilisés atteignent un indice de protection d’entre 6 ou 7, alors qu’il est nécessaire d’atteindre au moins 303… Faire sa crème solaire soi-même peut donc s’avérer dangereux pour votre peau…

4- Pour vous protéger, la crème solaire n’est pas la seule solution

N’oubliez pas : la meilleure façon de protéger sa peau du soleil c’est d’éviter un maximum de s’y exposer. C’est encore plus vrai pour les enfants ! Les incontournables dans votre valise : lunettes de soleil, chapeau ou casquette, t-shirt avec filtre UV, parasol ou tente anti-UV pour la plage… Ces équipements ne vous éviteront pas l’utilisation de crème, mais vous pourrez en appliquer en moindre quantité et surtout votre peau sera plus protégée. Notez aussi qu’entre 12 et 16 heures le rayonnement UV est le plus fort, alors il est préférable d’éviter l’exposition à ce moment-là, même avec de la crème !

Sources

1,2,3 - UFC Que Choisir

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Les bons gestes pour une pêche à pied responsable
Pollution plastique des océans : la faune souffre en continu
Pour protéger la Terre, sauvons les océans