Communiqué de presse

Sortie des pesticides : Emmanuel Macron doit concrétiser ses engagements

Publié le 07 septembre 2021 , mis à jour le 22 septembre 2021

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Après Marseille, la Fondation Nicolas Hulot appelle Emmanuel Macron à concrétiser ses engagements pour sortir des pesticides à l’occasion du Congrès mondial de la bio à Rennes.

Après Marseille, Nicolas Hulot s'est rendu le 7 septembre à Rennes pour ouvrir le congrès mondial de la bio. Parrain de l'événement, il a appelé à traduire concrètement les déclarations du président en faveur de la sortie des pesticides par des engagements précis en faveur de la bio : un modèle vertueux aussi bien du point de vue écologique qu’économique, à soutenir d’urgence. 

Tel est l’engagement d’Emmanuel Macron lors de son discours d’ouverture du congrès mondial de l’UICN à Marseille. Pour la Fondation Nicolas Hulot, c’est un engagement nouveau et ambitieux que vient de prendre le Président de la République. Toutefois pour qu’il soit véritablement structurant pour la biodiversité, encore faut-il qu’il trouve une traduction politique concrète. A quelques mois de la fin du quinquennat et afin d’éviter que cette promesse se transforme en un énième renoncement après ceux du glyphosate ou des néonicotinoïdes, la FNH appelle Emmanuel Macron à mettre en oeuvre dès maintenant deux actions concrètes : 

1/ Revoir le plan stratégique national (PSN), traduction française de la PAC.
Le PSN tel que proposé actuellement par la France à la Commission européenne ne permet en aucun cas d’engager la transition agroécologique qui permettrait de sortir de la dépendance aux pesticides. Pire, les aides environnementales à la bio sont remplacées par une aide à la bio unique inférieure de 60%. De plus, ce niveau d’aide environnemental rendu équivalent pour un hectare en agriculture biologique ou un hectare en haute valeur environnementale, revient à ne pas préférer utiliser l’agent public pour soutenir des modèles sans pesticides.
 
Ainsi, la FNH et 27 organisations paysannes, de protection de l’environnement, de solidarité et de consommateurs ont adressé un courrier à Emmanuel Macron pour lui demander une révision du PSN. Plus concrètement, il s'agit de réformer les aides de l'éco-régime, afin qu'elles soutiennent les pratiques agricoles en proportion des bénéfices réels pour l’environnement.
28 organisations demandent à Emmanuel Macron de revoir le Plan Stratégique National de la PAC

Le congrès mondial de l’agriculture biologique inauguré le 7 septembre, était pour Nicolas Hulot, parrain de cette édition, l'occasion de rappeler que d’un congrès mondial à l’autre, les enjeux ne faiblissent pas, qu’il faut désormais passer à l’action pour traduire les annonces en acte. En cela l'agriculture biologique est un modèle environnemental et économiquement vertueux à soutenir d’urgence. 

2/ Réunir la Commission européenne et les autres Etats membres de l’UE pour mettre en place des mesures-miroirs aux frontières de l’UE, comme le Président de la République s’y est également engagé vendredi dernier. Cette mesure est essentielle pour en finir avec la concurrence déloyale subie par les agriculteurs européens et pour engager la transition agroécologique partout dans le monde. 

Mondialisation : comment protéger l’environnement et les agriculteurs ?

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Le gouvernement n’a plus que 9 mois  pour mettre la biodiversité à son agenda 
Agriculture biologique : quels bénéfices ?
Réduction des pesticides en France : pourquoi un tel échec ?