Alimentation

Triticum : planter des arbres pour prendre soin de la biodiversité

Publié le 17 novembre 2019 , mis à jour le 24 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Les fondateurs de l’association Triticum, genre végétal qui recouvre la famille du blé, se sont donnés pour objectif de redéfinir le mode de production alimentaire autour de la métropole de Rouen. Cette association dynamique regroupe des jeunes d’horizons différents : des enseignant·e·s, des musicien·ne·s, mais aussi des ingénieur·e·s.

Pour Mewen 25 ans, ingénieur en reconversion, « Triticum est un modèle prometteur pour améliorer la résilience de notre société. Nous voulons redonner de la vie et de la variété à des terres qui en ont été privées. » 4 grands objectifs ont été dressés : la protection et la culture des semences paysannes, la pratique d'une agriculture citoyenne par des chantiers participatifs, un soutien aux paysan·ne·s qui souhaitent cultiver des semences paysannes, organiser des plantations d'arbres et pratique de l'agroforesterie.

Encore une réussite pour Triticum

C’est pour répondre au défi climatique et de biodiversité qu’ils ont organisés le 29 février dernier une plantation d’une forêt-jardin et de haies dans la commune de Saint-Léger-du-Bourg-Denis. Durant cette journée, et malgré un temps pluvieux, une trentaine participant·e·s se sont mobilisé·e·s !

Grâce à eux, 300 arbres ont été plantés : Pommiers sauvages, poiriers, chênes, frênes, bourdaines, prunelliers… Le choix de ces arbres n’a pas été fait au hasard : alors que l’instinct premier pourrai conduire à planter des arbres fruitiers dans l’optique de pouvoir bénéficier de ses produits, Julien, l’un des fondateurs de l’association, explique qu’il est nécessaire de diversifier les plants. Une large palette d’essences est importante pour la santé des arbres eux-mêmes et pour faire revenir la plus large biodiversité possible, chaque essence abritant potentiellement des espèces animales différentes.

Des morceaux de grillages pour protéger certains arbres des animaux qui mangent les bourgeons et jeunes branches ont aussi été préparés en amont puis installés autour des nouveaux plants.

Le terrain est donc maintenant protégé par les haies, et prêt à accueillir de nouveaux écosystèmes !

En participant à la création de ce chantier, j'ai le sentiment de faire ma part. J'espère que ce projet donnera envie à des jeunes de lancer d'autres initiatives similaires 

explique Xavière, 25 ans, ingénieure

Lauréate d’une prime J’agis pour la nature, l’association a bénéficié d’une somme de 1 000 euros pour financer le déroulé de leur opération.

Pourquoi planter des arbres et des haies ?

Les arbres font partie de nos plus grands alliés pour lutter contre le dérèglement climatique. Les arbres améliorent la qualité de vie en milieu urbain par leur absorption des polluants atmosphériques, du bruit et des eaux de pluies, ils constituent des îlots de fraîcheur en réduisant la température ambiante et ils sont le refuge d’une importante biodiversité. Les zones rurales autant que les zones urbaines sont menacées par l’érosion des sols, et les arbres permettent de lutter contre ce phénomène.

Reboiser nos espaces naturels est donc urgent, notamment par l’intermédiaire de haies. Pourquoi les haies ? En plus de lutter contre l’érosion des sols, elles sont très utiles à la sauvegarde d’une faune variée en tant que réservoirs de nourriture, abris pour se protéger des prédateurs et lieux de reproduction. Il ne faut donc surtout pas négliger leur importance !

Pour en savoir plus sur leur association, n’hésitez pas à vous rendre sur leur site internet officiel !

Sources

Photos © Triticum

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Une micro-ferme en pleine ville
6000 arbres replantés et 6 emplois créés au Togo, grâce à Marc-Aurèle 31 ans, lauréat du programme Génération Climat !