Publications

Une proposition clé pour financer la transition écologique et sociale

Publié le 31 mai 2016 , mis à jour le 25 novembre 2020

Restez informés

Chaque mois, nous vous donnons les clés pour comprendre le monde qui nous entoure et agir, chacun à son niveau

Nul besoin d’être économiste pour constater l’échec des politiques économiques européennes. Le bilan est sans appel : taux de chômage à plus de 10%, accroissement des inégalités et de la précarité, crise agricole, désindustrialisation, scandales fiscaux à répétition, menace de déflation… Or, l’Europe n’a pas seulement un besoin urgent de sortir du marasme actuel, elle doit également faire face au défi de la transformation profonde de son économie. Il s’agit de passer d’un modèle prédateur de ressources naturelles, générateur de pollutions globales et d’inégalités, à un modèle sobre en ressources, préservant les équilibres planétaires et répartissant mieux les richesses.

Mettre la création monétaire au service de l’avenir

Télécharger la note (format pdf - 2 Mo)

UN PLAN D’INVESTISSEMENT POUR TRANSFORMER L’ECONOMIE EUROPEENNE

Un levier majeur1 pour impulser la transformation de l’économie réside dans le lancement d’un plan d’investissement à grande échelle dans certains champs cruciaux sur le long terme (l’énergie, les bâtiments, les transports publics, la réhabilitation des écosystèmes, l’éco-innovation, les nouveaux modèles agricoles etc.). Indispensable pour éviter un effondrement social et ses dérives politiques, ce plan d’investissement redonnera du sens au projet européen et de l’espoir à tous. Les commandes générées créeront de l’activité, de l’emploi et donc une hausse des recettes fiscales, participant au rééquilibrage des forces entre Etats et marchés. Elles donneront de la visibilité et de la confiance aux industriels et permettront de structurer les filières d’avenir.

Le lancement de ce plan nécessitera une réorientation profonde des politiques économiques européennes et nationales. Les politiques monétaires accommodantes pratiquées depuis la crise se sont révélées inefficaces, car couplées avec des politiques budgétaires restrictives. L’investissement est en berne et n’a pas retrouvé son niveau d’avant-crise. Au cours de l’année 2015, la BCE a racheté pour 600 milliards d’euros d’actifs publics et privés ; 600 milliards de liquidités nouvelles mises à disposition des acteurs financiers. Pourtant, l’investissement dans la zone euro n’a augmenté que de 69 milliards, témoignant s’il en était besoin du fait que cet argent nouvellement créé n’est pas venu financer l’économie productive.

INVESTIR 300 MILLIARDS DE PLUS PAR AN DANS LA ZONE EURO

En première estimation, il faudrait investir environ 300 milliards d’euros supplémentaires2 par an pour la zone euro, dont 60 milliards pour la France (soit environ 3% du Pib) sur les 10 prochaines années. Les fonds publics n’ont bien sûr pas vocation à couvrir la totalité des besoins de financement. Cependant, vu le contexte économique morose et le type d’investissement envisagé, il devront être importants dans les années à venir afin d’entraîner l’investissement privé aujourd’hui en berne, et de donner de la visibilité aux acteurs économiques sur la nouvelle direction que prendra l’économie. Il relève de la responsabilité des Etats, et plus généralement des différentes collectivités publiques démocratiquement élues, de préparer l’avenir dans le sens de l’intérêt général. Or, en l’absence de valorisation économique de leurs impacts positifs sur la société3, certains projets n’ont pas une rentabilité suffisante au regard des attentes des investisseurs privés. Il s’agit donc de mobiliser des fonds publics pour pallier les défaillances des marchés qui n’intègrent pas les externalités écologiques et sociales positives des investissements proposés.

Sources

1 - Il ne s’agit pas de l’unique levier et d’autres mesures seront nécessaires. Par exemple : fin des subventions aux énergies fossiles ; réforme de la fiscalité afin de transférer une partie des prélèvements obligatoires pesant sur le travail vers les actifs naturels tout en assurant une meilleure progressivité de l’impôt ; régulation des marchés financiers pour orienter le crédit vers la transition et limiter les dérives (paradis fiscaux, trading haute fréquence, shadow banking etc.) ; réforme de la comptabilité pour prendre en compte la valorisation du capital naturel, etc.

2 - Il s’agira également de réorienter massivement les investissements existants vers les projets de transition (transfert des investissements dans les énergies fossiles vers les énergies renouvelables par exemple).

3 - limitation du réchauffement climatique et de l’érosion de la biodiversité, sécurité et santé publiques etc.

L'article vous a été utile pour mieux comprendre cette actualité ?

Pour approfondir le sujet

Economie et écologie : mariage impossible ?
Glyphosate : Quand les intérêts privés s'en mêlent
La rénovation énergétique des bâtiments, pilier de la transformation